Deux enfants périssent à Thurso

Un incendie a complètement ravagé une résidence de... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Un incendie a complètement ravagé une résidence de deux étages, mercredi matin, à Thurso.

Étienne Ranger, LeDroit

Partager

Sur le même thème

Deux fillettes de trois et huit ans sont décédées et six personnes ont été blessées dans l'incendie d'une résidence de Thurso, tôt mercredi matin.

Les pompiers ont mis un drapeau, qui se... (Étienne Ranger, LeDroit) - image 1.0

Agrandir

Les pompiers ont mis un drapeau, qui se trouvait sur le terrain de la maison brûlée, en berne. À l'avant-plan, le chef des pompiers, Jacques Legault.

Étienne Ranger, LeDroit

Les pompiers ont été appelés au 228, rue Lacroix, vers 3 h 45. Ils ont mis plusieurs heures avant de débuter les recherches à l'intérieur de la résidence pour retrouver deux enfants qui manquaient à l'appel.

Les corps des deux victimes ont été localisés au deuxième étage, vers 9h20.

«Présentement, on a localisé deux victimes à l'étage supérieur. [...] On ne peut pas se promener sur l'étage, il faut sécuriser le plancher du bas, on est parti chercher des matériaux pour vraiment faire sûr qu'il n'y arrive pas d'incident ou d'accident», a expliqué le directeur des incendies de Thurso, Jacques Legault.

Il n'a pas précisé l'endroit exact où les corps des deux victimes ont été découverts. «Il semblerait qu'il y en a un qui se serait rendu vers la porte», a-t-il cependant révélé.

Au moins huit personnes se trouvaient à l'intérieur, lorsque le brasier a éclaté.

Deux adultes et quatre enfants, dont une jeune amie de 12 ans, ont réussi à sortir et ont été transportés aux hôpitaux de Hull et de Buckingham.

Une jeune fille de 12 ans a été grièvement blessée, subissant des brûlures au troisième degré. Les autorités craignent pour sa vie et celle du père de famille, a fait savoir le porte-parole de la Sûreté du Québec, Marc Tessier.

Selon ce dernier, c'est une famille reconstituée qui habitait la résidence ayant été la proie des flammes. Deux enfants sont issus d'une union précédente de la mère, deux autres d'une relation antérieure du père. Le couple avait aussi un bébé ensemble, qui serait hors de danger.

À l'heure actuelle, les pompiers ne savent pas ce qui a causé l'incendie. «Que ce soit n'importe quel type d'incendie, lorsqu'on a des maisons de cet âge-là, on sait que c'est en bois, ça peut se propager assez vite. Ce n'est pas comme les nouvelles maisons qui sont peut-être fabriquées d'une façon qu'elles prennent moins vite que ça», a déclaré le directeur des incendies.

«Il était déjà trop tard»

La nuit dernière, quand des voisins sont sortis à l'extérieur, réveillés par les cris à l'aide des parents, 60 % de la maison était déjà en flammes. «Il était déjà trop tard», a relaté Sylvain Leblanc, un voisin qui a prêté sa cuisine aux paramédics, la nuit dernière, pour soigner les six personnes évacuées.

«C'était pas juste une pièce. Quand c'est tout le rez-de-chaussée, tout le sous-sol, pis qu'au deuxième étage les fenêtres éclatent et que c'est une fumée massive... même les pompiers ne sont pas rentrés. On faisait face à une situation qui était incontrôlable», dit-il.

Des propos corroborés par Jacques Legault. «D'aucune façon un pompier n'aurait pu rentrer à l'intérieur de ce bâtiment-là. [...] Quand on est arrivés, on a regardé s'il y avait la moindre petite possibilité d'y aller, on a installé des échelles aux fenêtres, mais les flammes sortaient vraiment vers l'extérieur, c'était vraiment majeur», affirme M. Legault.

La fille de 8 ans de Sylvain Leblanc, qui va à l'école avec plusieurs enfants impliqués dans l'incendie, a été témoin des événements, la nuit dernière.

«J'ai appelé mes parents à 4h30 et je leur ai demandé de descendre. Ils ont ramassé ma petite et sont repartis, raconte M. Leblanc. Elle posait beaucoup de questions. En disant les noms (de ceux qui étaient dans la cuisine), elle voyait qu'il en manquait. On n'était pas vraiment sur le point d'y répondre sur le moment présent. On va y répondre un peu plus tard».

La direction de l'école Maria-Goretti, à Thurso, et la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées, ont rendu disponible une équipe d'intervenants psychosociaux, afin d'épauler les élèves qui pourraient être affectés par ce drame. Les parents qui souhaiteraient s'outiller avant d'aborder la question avec leur enfant peuvent également communiquer avec le CLSC au 819-986-9917.

«Si les parents remarquaient, au cours des prochains jours, un changement d'attitude de leur enfant, nous vous invitons à communiquer avec un intervenant de l'école en qui vous et/ou votre enfant avez confiance», ont indiqué les autorités scolaires, par voie de communiqué.

Détecteurs de fumée?

Même avoir maîtrisé l'incendie, les pompiers ont dû pénétrer par les fenêtres pour accéder au deuxième étage de la résidence, puisque l'escalier qui relie le rez-de-chaussée à l'étage supérieur a été complètement détruit. Le plancher du deuxième étage est également en très mauvais état.

«On va commencer par sécuriser le plancher. En sécurisant le premier plancher, ensuite [...] on va vérifier l'autre plancher pour voir si lui va tenir le coup, parce que à l'intérieur, ça a brûlé pas mal», explique Jacques Legault.

Impossible de savoir, pour l'instant, si la résidence était munie d'un détecteur de fumée fonctionnel. «Présentement, on ne regarde pas ces détails-là, on cherche vraiment à sortir les victimes de là. Ensuite, c'est le genre de chose dans notre enquête qu'on va vérifier», a déclaré le chef des pompiers.

Tous les ans, les pompiers de Thurso visitent les résidences de leur territoire, dans un effort de prévention. Un rapport d'inspection est rédigé pour chacune des adresses visitées. Mercredi, on tentait de retracer le rapport du 228, rue Lacroix.

La nouvelle de l'incendie s'est répandue rapidement dans la municipalité de 2500 âmes, mercredi.

«La perte de deux enfants, c'est tragique. Personne ne veut vivre ça», a témoigné le conseiller municipal Benoît Lauzon, membre de la Commission de la sécurité de Thurso.

Les élus de Thurso se réuniront au cours des prochains jours pour voir de quelle façon ils peuvent  aider la famille.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer