Marathon de Boston: un acte de terrorisme, dit Obama

«À chaque fois que des bombes sont utilisées... (PHOTO MANDEL NGAN, AFP)

Agrandir

«À chaque fois que des bombes sont utilisées pour viser des civils innocents, il s'agit d'un acte de terrorisme», a affirmé Barack Obama.

PHOTO MANDEL NGAN, AFP

Partager

Jimmy Golen
Associated Press
Boston

Les deux bombes ayant explosé lundi après-midi près de la ligne d'arrivée du marathon de Boston étaient constituées d'autocuiseurs de six litres dissimulés dans des sacs de sport noirs, selon une source.

Une personne au courant de l'enquête a révélé mardi sous le couvert de l'anonymat que les engins explosifs avaient été posés à même le sol et contenaient des morceaux de métal, des clous et des roulements à billes.

D'après la source, les forces de l'ordre ont en leur possession certaines composantes des bombes mais ne savent pas encore ce qui a été utilisé pour les faire détoner.

Le président Barack Obama a déclaré mardi que les déflagrations étaient un acte de terrorisme, mais les enquêteurs ne savent pas encore si elles ont été orchestrées par une organisation internationale ou nationale, ou par un «individu malveillant».

Les policiers américains ont procédé à au moins une perquisition dans la foulée des deux explosions survenues à quelques secondes d'intervalle près de la ligne d'arrivée du marathon.

La perquisition a eu lieu en toute fin de journée lundi dans un appartement de Revere, en banlieue de Boston. Tôt mardi, des agents ont été vus quittant le logement en emportant des sacs et des boîtes. La police a confirmé que cette perquisition était liée aux attentats.

La police fédérale américaine, le FBI, a pris l'enquête en main. Les policiers ont aussi demandé aux spectateurs du marathon de leur fournir toutes les photos, toutes les vidéos et tous les enregistrements audio qu'ils possèdent. Le commissaire de la police de Boston, Ed Davis, a déclaré qu'il s'agit de l'investigation la plus complexe de l'histoire du corps policier.

Le gouverneur du Massachusetts, Deval Patrick, a précisé mardi qu'aucune bombe non explosée n'avait été découverte, contrairement aux informations qui avaient circulé à ce sujet.

Le chef de l'unité de traumatologie de l'Hôpital général du Massachusetts, le docteur George Velmahos, a révélé que les médecins ont retiré une multitude d'objets de métal, comme des billes et des clous, des blessures des victimes. Il estime que ces fragments proviennent des bombes et non de l'environnement.

Un autre médecin, le docteur Stephen Epstein du Centre médical Beth Israel Deaconess, a dit qu'un patient avait eu une jambe criblée de petites billes métalliques.

Les autorités ont confirmé qu'un garçon de huit ans compte parmi les trois personnes ayant perdu la vie lors des explosions. Le garçon venait apparemment d'accueillir son père à la ligne d'arrivée quand les bombes ont explosé. Sa mère aurait subi des blessures au cerveau et sa soeur aurait perdu une jambe.

Au moins 176 autres personnes ont été blessées, selon la police de Boston. Dix-sept personnes se trouvent dans un état critique et huit enfants sont présentement hospitalisés. Des dizaines de victimes ont été touchées aux jambes et ont dû subir des amputations. Des enquêteurs fédéraux ont indiqué que personne n'avait encore revendiqué la responsabilité de cet attentat.

Les talibans pakistanais, qui ont déjà menacé de frapper les États-Unis en raison de leur soutien au gouvernement du Pakistan, ont nié mardi toute implication dans ces explosions.

Le président russe Vladimir Poutine a quant à lui offert aux États-Unis l'aide de son pays pour faire la lumière sur cet événement, affirmant que la communauté internationale doit faire front commun face au terrorisme.

Les deux déflagrations se sont déroulées presque simultanément à environ 90 mètres de distance l'une de l'autre, renversant des spectateurs et au moins un coureur, faisant éclater les fenêtres et noyant la rue de fumée.

Elles se sont produites environ quatre heures après le début de la course. À ce moment particulier, plus de 17 000 des participants avaient complété le parcours, mais quelque 4000 autres avaient franchi le 38e kilomètre et se dirigeaient vers la ligne d'arrivée.

Certains analystes croient que les explosions avaient été prévues à cette heure précise pour maximiser le nombre de victimes, puisque les coureurs amateurs mettent environ quatre heures à compléter un marathon. Le secteur de la ligne d'arrivée est donc bondé à ce moment, étant donné que des dizaines de personnes franchissent le fil d'arrivée en même temps sous les applaudissements de leurs proches venus les acclamer.

Quelque 23 000 coureurs, dont plus de 2000 Canadiens, ont participé au marathon, l'un des plus anciens et prestigieux au monde. La course a lieu le jour des Patriotes, qui commémore les premières batailles de la révolution américaine à Concord et Lexington en 1775.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer