Même nom, même ville, même âge...mais il n'est pas l'accusé

Un malheureux concours de circonstances a fait en... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Un malheureux concours de circonstances a fait en sorte qu'un couple sans histoire soit confondu avec un autre, impliqué dans une histoire de production de matériel pornographique juvénile et d'agression sexuelle.

Archives, LeDroit

Partager

Sur le même thème

Un malheureux concours de circonstances a fait en sorte qu'un couple sans histoire soit confondu avec un autre, impliqué dans une histoire de production de matériel pornographique juvénile et d'agression sexuelle.

Cette semaine, la police de la Municipalité régionale de comté des Collines a procédé à l'arrestation de Mario Hébert, un camionneur de 47 ans soupçonné d'avoir filmé et touché une adolescente dans son plus simple appareil, à Val-des-Monts.

Par pur hasard, un autre résident de Val-des-Monts porte le même nom, a le même âge, et réside dans le même quartier. Ce Mario Hébert «sans histoire» travaille comme charpentier-menuisier et n'est aucunement visé par l'enquête de la police.

La nouvelle a de quoi faire sursauter le couple sans histoire, puisque l'ex-conjointe de l'accusé pourrait aussi faire face à des accusations de nature criminelle. Les deux femmes, pour ajouter à la confusion, ont pratiquement le même âge.

La conjointe du Mario Hébert «sans histoire», Nancy Rollin, craint des représailles non méritées. «J'enseigne au secondaire, dit-elle. C'est important que les parents sachent faire la différence. Nous sommes impliqués avec les jeunes à longueur d'année, et je tiens à dire que nous ne sommes pas ce couple visé par l'enquête.»

Mme Rollin dit avoir reçu plusieurs appels et courriels de proches et de voisins. «Il y a beaucoup de questions, dit-elle. Mon conjoint est connu dans son milieu, et moi aussi. Je ne veux pas qu'on nous 'écoeure'... Parce que là, on parle de pornographie juvénile. Ce n'est pas rien.» Le rapprochement entre un camionneur et un travailleur de la construction peut être trop rapidement fait, souligne Mme Rollin. C'est une voisine du couple qui a vu le nom de l'accusé dans les médias, et qui a averti la femme et son conjoint.

Il est pour le moment impossible d'identifier l'ex-conjointe possiblement impliquée dans l'histoire de production de matériel pornographique juvénile et d'agression sexuelle, puisqu'elle n'est toujours pas officiellement accusée.

«En parlant avec un sergent de la police, rapporte Mme Rollin, il m'a dit n'avoir jamais vu pareille situation en 17 ans.»

Le couple sans histoire n'a pas été invectivé ou réprimandé pour ce qu'il n'avait pas fait. Nancy Rollin préfère prévenir plutôt que guérir.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer