Escouade de lutte aux gangs de rue: c'est terminé en Outaouais

L'Escouade régionale mixte (ERM) de lutte aux gangs de rue de  l'Outaouais... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partager

Sur le même thème

L'Escouade régionale mixte (ERM) de lutte aux gangs de rue de l'Outaouais n'existe plus. Les enquêteurs spécialement affectés au phénomène dans la région sont retournés dans les bureaux de leur service de police respectif lundi dernier.

Plusieurs sources policières et judiciaires ont confirmé l'information au Droit jeudi.

Les sept policiers provenant des quatre corps policiers de l'Outaouais, ceux de Gatineau, de la MRC des Collines-de-l'Outaouais, de la Sûreté du Québec (SQ) et de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), ne forment plus l'escouade spéciale mise sur pied le 18 août 2009.

L'ERM Gangs de rue remplaçait l'escouade DIVAS (Drogue, intimidation, violence, armes, sollicitation), lancée en 2007 pour lutter contre les gangs de rue à Gatineau.

En juillet dernier, des députés de l'Outaouais ont réaffirmé un investissement de 923 000 $ pour la lutte aux gangs de rue en 2012.

La fin de l'année fiscale, le 31 mars dernier, a toutefois signé l'arrêt de mort de l'escouade régionale. L'automne dernier, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Vic Toews, confirmait la fin des subventions de 92 millions $ étalées sur cinq ans aux ERM de la province.

Les autorités policières étudient présentement diverses pistes de solutions pour poursuivre la lutte aux gangs de rue et groupes criminels dans la région.

Jeudi après-midi, la SQ en Outaouais a dirigé les questions du Droit au ministère de la Sécurité publique (MSP) du Québec. « Avec la SQ et les villes, nous révisons les mécanismes de lutte au crime. On réfléchit à la réorganisation des effectifs. Toutes les options sont possibles », a affirmé le porte-parole du ministère, Clément Falardeau.

Le président de la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPPMQ), Denis Côté, est préoccupé par la place qu'occuperont ses membres dans les nouvelles escouades.

« Le MSP s'est donné le mois d'avril pour réfléchir à un plan B. Le financement fédéral est terminé et il faut trouver une façon de fonctionner avec 18 millions $ de moins par année. On ne se bousculera pas, dans les différentes villes, pour financer davantage... En même temps, il va falloir que le prochain modèle reconnaisse davantage le travail des policiers municipaux. »

Ailleurs au Québec

Le Soleil révélait le 13 février dernier que les escouades de lutte contre les gangs de rue du Québec seraient maintenues malgré la fin du financement fédéral, et qu'elles prendraient la forme de « superescouades régionales » coordonnées par la SQ. « Peut-être que des escouades qui travaillent moins en silo pourraient faire l'affaire », a ajouté hier le président de la FPPMQ.

Chaque année depuis 2008, les ERM de lutte aux gangs de rue de Québec, Gatineau, Laval et Longueuil se partageaient plus de 10 millions $. L'escouade ECLIPSE de Montréal reçoit huit millions de dollars.

En Estrie, le 31 mars dernier, le Service de police de Sherbrooke et la Régie de police Memphrémagog ont rapatrié les enquêteurs qui étaient affectés depuis 2011 à la section Est de l'ERM Drogue.

Selon La Voix de l'Est, le service de police de Granby a confirmé sa participation à son escouade régionale jusqu'en décembre 2013 et la Sûreté du Québec en a fait de même. Une somme évaluée entre 120 000 $ et 150 000 $ pour l'année 2013 sera puisée à même le budget du service de police pour maintenir l'escouade en place jusqu'au 31 décembre prochain.

Plus de détails dans LeDroit du 5 avril 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer