Dernier adieu au policier Steve Déry

Partager

Le Droit

Plus de 700 policiers provenant des quatre coins du pays ont défilé dans les rues d'Ottawa samedi matin et ont assité en début d'après-midi aux funérailles du policier originaire d'Ottawa, Steve Déry, mort en service dans le Nord-du-Québec, la semaine dernière.

Plus de 700 policiers provenant des quatre coins... (SIMON SÉGUIN-BERTRAND, LeDroit) - image 1.0

Agrandir

SIMON SÉGUIN-BERTRAND, LeDroit

Plus de 700 policiers provenant des quatre coins... (SIMON SÉGUIN-BERTRAND, LeDroit) - image 1.1

Agrandir

SIMON SÉGUIN-BERTRAND, LeDroit

«J'ai perdu l'un de mes fils», a déclaré avec émotion la chef de police de Kuujjuaq, Aileen MacKinnon, qui a rappelé à la foule présente à la Cathédrale Notre-Dame d'Ottawa que les policiers d'une petite communauté forment une véritable famille.

«Tu as accompli plus en 27 ans, que certains dans toute leur vie», a renchéri le père de l'agent défunt dans une lettre lue par un policier.

Steve Déry, 27 ans, qui a grandi dans le secteur Orléans, travaillait pour le Corps de police régionale de Kativik depuis 2009. Il a été tué par balle par un homme en crise, lors d'une intervention pour violence conjugale, le 2 mars dernier. Le tireur s'est ensuite suicidé.

Le cortège funèbre a quitté le Centre des congrès d'Ottawa vers 10h. Il a ensuite emprunté la promenade Sussex jusqu'à la cathédrale. Deux camions à échelle du Service des incendies d'Ottawa, stationnés près de la Basilique, ont permis de faire flotter bien haut un gigantesque drapeau canadien.

Le policier devait être inhumé au Cimetière Beechwood lors d'une cérémonie privée samedi après-midi.

Tissus pour honorer

La police d'Ottawa avait demandé aux agents de la paix et aux confrères de M.Déry de porter un morceau de tissu noir sur leur badge ainsi qu'un ruban bleu sur leur uniforme.

Steve Déry a amorcé sa carrière dans la région de Kangirsuk, avant d'être transféré à Kuujjuaq, en 2010. Il nourrissait le rêve de travailler pour la police d'Ottawa, un jour.

L'agent de la paix est le premier membre du Corps de police régional Kativik à perdre la vie dans l'exercice de ses fonctions.

Plus de 700 policiers provenant des quatre... (SIMON SÉGUIN-BERTRAND, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

SIMON SÉGUIN-BERTRAND, LeDroit

Le policier Déry est né le 2 février 1986 à Westlock, en Alberta. Son père, Gilles Déry, est lui-même membre de la Gendarmerie royale du Canada.

Le défunt était un grand amateur de baseball, de hockey et de crosse. Son amour du sport l'a conduit à la création de l'équipe de rugby de l'école secondaire Garneau.

Après avoir fait ses études secondaires, le jeune homme a obtenu son diplôme avec distinction du programme de la Fondation de police du Collège Algonquin, pour se diriger ensuite vers un baccalauréat en criminologie à l'Université Carleton.

La veillée funèbre a eu lieu hier au salon funéraire Héritage du boulevard Saint-Joseph à Orléans. Les personnes désirant exprimer leurs condoléances à la famille et aux amis de l'agent Déry peuvent le faire par courriel à condoléances@krg.ca.

Steve Déry laisse dans le deuil sa compagne Amanda Tukirqi, son père Gilles et sa mère Céline, ainsi que ses frères Mathieu et Benoit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer