Abus contre les enfants: un policier de la GRC accusé

L'horreur a été décrite en cinq minutes hier, au palais de justice  d'Ottawa,... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partager

L'horreur a été décrite en cinq minutes hier, au palais de justice d'Ottawa, lorsqu'un policier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a été officiellement accusé d'avoir battu et abusé sexuellement un enfant, allant même jusqu'à mettre la vie de la petite victime en danger par ses mauvais traitements.

Une ordonnance de la cour empêche la publication de ce qui a été rapporté, mais la description des gestes allégués relève cependant d'une histoire des plus sordides en matière d'agression d'enfant.

Une femme de 34 ans, conjointe du policier, est aussi accusée dans cette affaire. Celle-ci était bien au fait de ce qui s'est produit pendant plusieurs semaines.

Les accusations déposées contre chacun des deux suspects vont de voies de fait graves (trois chefs contre chacun des deux suspects), voies de fait armé (trois chefs contre l'homme, deux chefs contre la femme), manquement à fournir le nécessaire à la vie d'une personne (un chef chacun), à séquestration (un chef chacun).

La police d'Ottawa confirme qu'il y a plus d'une victime

Un des enquêteurs au dossier a affirmé que les victimes impliquées ont été placées sous la garde de la Protection de la jeunesse.

« Des enfants ont été blessés. Ils sont aujourd'hui sous bonne garde, a déclaré le sergent François D'Aoust. Pour le reste, on ne peut commenter. »

Le policier de 41 ans a comparu en après-midi, quelques minutes après sa conjointe.

La cour se prononcera sous peu sur la santé mentale de l'homme.

La section des agressions sexuelles et des abus contre les enfants de la police d'Ottawa a été alertée mardi dernier, arrêtant le suspect à sa résidence. Il n'a pas résisté à son arrestation. Les enquêteurs ont d'ailleurs fouillé l'endroit.

Une source judiciaire a affirmé qu'un enfant avait été pris en charge mardi, après avoir été retrouvé errant et affamé dans son quartier.

La même source rapporte que les services sociaux ont remarqué des blessures aux bras, faisant penser à un enchaînement.

La GRC a confirmé hier que son employé était suspendu avec salaire depuis mercredi.

Une enquête interne en déontologie a été ouverte, a mentionné une porte-parole de la GRC, le corporal Lucy Shorey. « Les gestes allégués ne se sont pas produits dans le cadre de ses fonctions », a-t-il déclaré.

L'agent, précise la GRC, était toujours à l'emploi de corps de police, mais n'était plus actif depuis mai 2011.

« Cette absence ne concerne pas le dossier devant la cour », assure le caporal Shorey.

La GRC n'a pas précisé la nature des fonctions du policier, qui travaillait dans la région de la capitale nationale.

Toute information concernant de la violence faite à l'endroit des enfants peut être acheminée à la police d'Ottawa, au 613-236-1222, poste 5944.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer