Le voleur-rôdeur du Mont-Bleu écope 56 mois

Un voleur qui a sévi à 17 reprises... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Un voleur qui a sévi à 17 reprises dans le quartier Mont-Bleu, à Gatineau, l'été dernier, écope quatre ans et de demi de pénitencier.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partager

Sur le même thème

Un voleur qui a sévi à 17 reprises dans le quartier Mont-Bleu, à Gatineau, l'été dernier, écope quatre ans et de demi de pénitencier.

Pierre Pétrin est déjà connu pour avoir perpétré de nombreux vols et introductions par effraction, et ce depuis plusieurs années. Il a plaidé coupable, mercredi, à d'autres chefs semblables, se méritant une peine de 56 mois.

Détenu de façon préventive, Pierre Pétrin a plaidé coupable à une vingtaine de chefs pour vols et introductions par effraction dans des résidences et des garages résidentiels, ainsi que pour rôdage.

Pierre Pétrin s'est acharné sur la rue des Églantiers, près du Collège Héritage, le printemps et l'été derniers. Il a aussi fait des siennes sur la rue des Mangliers et le boulevard Cité-des-Jeunes. Toutes ses artères sont situées dans le même secteur.

Le voleur n'a jamais utilisé la violence physique pour parvenir à ses fins. Lorsqu'il entrait par une fenêtre pour voler un téléviseur ou un appareil électronique, et qu'il tombait face à face avec l'occupant, Pierre Pétrin prenait aussitôt la fuite.

Pierre Pétrin ne perdait pas de temps lorsque le système d'alarme était déclenché. Il prenait la poudre d'escampette.

Il réussissait parfois à subtiliser du matériel sous les yeux de sa victime. Le voleur tentait habituellement de s'immiscer dans des résidences en l'absence des propriétaires. Une de ses victimes l'a déjà surpris, la main sur son téléviseur débranché. Le larron avait alors laissé le téléviseur de côté et avait fuit avec deux ordinateurs, plus légers.

Lorsqu'il n'investissait pas illégalement des résidences, il pénétrait dans des garages résidentiels, à la recherche d'outils et d'équipements de bonne valeur, comme des scies mécaniques ou des souffleuses.

Pierre Pétrin a reçu une sentence de 40 mois de prison, en janvier 2009, pour le même genre de délits.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer