Rares sont les itinérants qui dorment dehors

Les refuges s'activentavec le froid glacial

«Même quand tous les lits sont pris, personne... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

«Même quand tous les lits sont pris, personne ne dort dehors», affirme Shirley Roy, porte-parole du refuge situé dans le marché By.

Étienne Ranger, LeDroit

Partager

Sur le même thème

Les refuges pour sans-abri de la région, déjà bien animés en été, fourmillent en hiver, et débordent lorsque le vent glacial devient aussi brûlant que le soleil des tropiques.

Au Mission d'Ottawa, on a étendu cette semaine quelques matelas dans les espaces communs, dans l'éventualité qu'un visiteur imprévu cogne à la porte.

« Même quand tous les lits sont pris, personne ne dort dehors », affirme Shirley Roy, porte-parole du refuge situé dans le marché By.

Il est rare qu'un des 235 lits de l'établissement se libère durant l'hiver. Lorsque, comme cette semaine, une masse d'air arctique fouette la région, vide les rues, et remplit les refuges, les employés de la mission ont l'ordre d'être particulièrement vigilants afin de s'assurer de la sécurité des sans-abri. On multiplie les interventions auprès de la clientèle, dont bon nombre souffrent de problèmes de santé mentale, d'alcoolisme, ou d'une dépendance d'une autre nature.

« Ces gens-là ne ressentent pas toujours le froid comme vous et moi », explique Mme Roy.

Les instruments d'Environnement Canada annoncent un répit des températures extrêmes cette fin de semaine. Quelques centimètres de neige adouciront aussi le paysage.

La capitale évitera le plus gros de la tempête qui frappera un peu plus au nord. Entre 15 et 25 centimètres de neige tomberont sur certaines régions du Québec situées plus à l'est. L'air arctique envahira à nouveau la capitale et une bonne partie du Québec et de l'Ontario dès lundi, pour faire drastiquement chuter le mercure autour de -20 oC, et cela, jusqu'à la fin de la semaine.

Chez un autre refuge bien connu du marché By, les Bergers de l'espoir, les températures polaires annoncent généralement que les dortoirs seront pleins à craquer.

« Oui, nous sommes complets, lance le superviseur, Joe, qui préfère taire son nom de famille. On fait du mieux qu'on peut. Les températures froides mettent toujours de la pression sur le réseau de refuge. »

« Je suis certain que partout ailleurs, ils vous diront la même chose. On s'assure que nos réserves de tuques, de mitaines, de foulards et de chaussettes sont bien remplies, parce que la demande est très élevée. »

Chaque année, le froid extrême tue en moyenne 80 personnes au Canada. Pour rester au chaud et prévenir les engelures, il est recommandé de porter plusieurs épaisseurs de vêtements et de s'assurer que les couches extérieures offrent une protection contre le vent et l'humidité.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Une semaine de froid arctique

    Actualités

    Une semaine de froid arctique

    Le froid a fait place à la neige le temps d'une légère pause, mais les températures froides reprendront de plus belle. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer