Une fonctionnaire d'Ottawa périt en Ouganda

Agnes?Zambali était conseillère en rémunération chez Justice Canada.... (Photo: courtoisie)

Agrandir

Agnes?Zambali était conseillère en rémunération chez Justice Canada. D'origine ougandaise, elle avait trouvé refuge au Canada en 1985.

Photo: courtoisie

Partager

Sur le même thème

Une fonctionnaire fédérale canadienne grièvement blessée lors d'un accident de la route en Ouganda est finalement morte des suites de ses blessures, hier à Kampala, la capitale de ce pays d'Afrique de l'Est.

Agnes Zambali s'était rendue dans son pays natal la semaine dernière afin de prendre part à une messe commémorant le décès de sa mère, en 2011. Avec sa famille, elle était en route de l'aéroport vers le village de Kamengo lorsqu'est survenu l'accident qui a fait quelques blessés, dont l'un de ses fils.

«Un camion de vidange a quitté la route et a frappé (quatre) personnes alors qu'elles se trouvaient derrière une voiture stationnée», a expliqué Don Kilby, le président de l'Alliance de la santé communautaire Canada-Afrique (ASCCA), une organisation non gouvernementale canadienne effectuant du travail humanitaire en Ouganda.

La dame, son fils Jimmy, l'un de ses neveux et une quatrième personne ont été happés, puis violemment projetés sur la voiture.

C'est Jimmy, le fils, qui avait l'état de santé le plus inquiétant initialement, explique M.?Kilby. Il souffrait de multiples fractures et était inconscient, contrairement à sa mère.

Celle-ci avait subi de graves blessures aux jambes et saignait beaucoup.

«Jimmy, qui est âgé de 34 ans et qui travaille pour l'ASCCA, a été transporté dans un hôpital spécialisé le premier. Il était dans le coma. Puis l'état d'Agnes a vraiment empiré», explique M.?Kilby.

Les médecins ont d'abord dû lui amputer une jambe, puis l'autre. Ses blessures se sont infectées, puis ses organes ont cessé de fonctionner correctement. «Les choses allaient en s'empirant après l'opération. Son corps s'éteignait.»

Une femme impliquée

L'Ottavienne de 53 ans effectuait fréquemment du travail humanitaire au sein de l'organisation non gouvernementale, a-t-il indiqué. Le fils de la dame était l'un des employés permanents de l'organisme basé à Ottawa.

«C'est elle qui avait initié son fils au bénévolat et au travail humanitaire. Elle travaillait très fort pour l'amélioration des conditions de vie des gens de son village.»

Plus de détails dans l'édition du Droit du 28 novembre 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer