Maison jugée dangereuse par la Ville de Gatineau

Incendie suspect sur la rue Laurier

La maison proie des flammes faisait les manchettes... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

La maison proie des flammes faisait les manchettes hier. Selon la Ville, le 161, rue Laurier était trop instable pour que quiconque y habite.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partager

Une dizaine de personnes vivant dans la précarité ont été jetées à la rue hier soir, à la suite d'un incendie suspect qui a endommagé une résidence centenaire sur la rue Laurier, dans le secteur Hull.

La maison qui a pris feu faisait les manchettes hier. La bâtisse, jugée dangereuse par la Ville, est trop instable pour que quiconque y habite. Un avis d'éviction a donc été remis aux locataires en novembre, les intimant de quitter les lieux le 1er décembre. La plupart d'entre eux, dont la majorité est à risque d'itinérance, sont restés sur place, faute d'endroit où aller.

Les enquêteurs de la police de Gatineau analyseront plus en profondeur la scène de crime ce matin, a affirmé le lieutenant Claude Vaillancourt. Le brasier a pris naissance vers 17 h 45 sur le mur extérieur de l'édifice situé au 161, rue Laurier, dont à peine un mètre le sépare de l'immeuble voisin.

À la suite de l'incendie, plusieurs locataires se sont réfugiés dans une succursale d'une chaîne de restauration rapide en attendant l'arrivée de la Croix-Rouge. Leur détresse à l'idée de ne pas pouvoir retourner chez soi était palpable.

Méfiance chez les locataires

Selon leur témoignage lors du passage du Droit, ils étaient unanimes à croire qu'ils ont été victimes d'un crime, alléguant pour motif qu'ils n'étaient plus désirés en la demeure.

Ils pourront bénéficier de l'aide de la Croix-Rouge pour un maximum de 15 jours, a affirmé en soirée le porte-parole de Logemen'occupe, François Roy, qui par ailleurs, s'est réjoui que les locataires soient enfin forcés de quitter la bâtisse qui menace de céder à tout moment, selon un rapport de la Ville de Gatineau.

« Ils ne peuvent pas retourner là, s'est empressé de commenter M. Roy. On va suivre le dossier de près. Maintenant, il faut les déménager de façon convenable et à prix modique. »

Certains locataires habitaient le vétuste immeuble construit en 1903 depuis plus d'une décennie.

L'incendie a donné une bonne frousse aux résidents du duplex voisin, dont une distance de moins d'un mètre le sépare de l'immeuble délabré. Il s'en est d'ailleurs fallu de peu pour que le brasier n'endommage plus sérieusement les deux résidences.

« J'ai tellement hâte qu'ils la mettent par terre », lance encore sous le choc Céline Cousineau, une voisine. « C'est une bombe à retardement. Cette maison est pourrie de bord en bord depuis longtemps. Il faut qu'elle soit démolie au plus vite. »

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer