Keith Ru, 25 ans, a comparu à Ottawa

Accusé du meurtre non prémédité de son colocataire

Keith Ru, 25 ans, a été accusé du... (Simon-Séguin Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Keith Ru, 25 ans, a été accusé du meurtre au deuxième degré de Jai Le Zhao, 21 ans, retrouvé sans vie dans son appartement du 1189, promenade Meadowlands, au beau milieu de la nuit de mercredi à jeudi. Il gisait dans une marre de sang lorsque les agents l'ont découvert, à la suite de plusieurs plaintes de voisins pour du bruit excessif.

Simon-Séguin Bertrand, LeDroit

Partager

Sur le même thème

Le colocataire de l'homme de 21 ans retrouvé sans vie dans son appartement du sud-ouest de la capitale a été accusé de meurtre non prémédité, hier, au palais de justice d'Ottawa.

Keith Ru, 25 ans, est apparu visiblement troublé dans le box des accusés. Vêtu de noir, les cheveux ébouriffés, l'étudiant d'origine chinoise regardait bizarrement dans la salle. Ses parents, tout juste arrivés de Toronto, étaient assis à quelques rangées de lui.

Sa comparution a débuté peu avant midi en présence d'un interprète cantonais. Coupé à la joue gauche, l'accusé a même souri, par moments.

Devant ces agissements étranges, l'avocat de l'accusé a dû demander un instant de répit, le temps de lui glisser quelques mots.

« Ce n'est pas clair pour moi si c'est un problème de langue ou quelque chose d'autre », a exprimé à la cour Me Oliver Abergel, qui n'avait pas encore eu le temps de s'entretenir avec son client.

Ses multiples grimaces ont finalement forcé la juge de paix à lui demander s'il était conscient de ce qui se passait.

« Oui », a répondu Ru en anglais.

À sa demande, le reste de l'audience s'est déroulé dans la langue de Shakespeare.

L'étudiant a été accusé du meurtre au deuxième degré de Jai Le Zhao, 21 ans, retrouvé sans vie dans son appartement du 1189, promenade Meadowlands, au beau milieu de la nuit de mercredi à jeudi. Il gisait dans une marre de sang lorsque les agents l'ont découvert, à la suite de plusieurs plaintes de voisins pour du bruit excessif.

Ru, qui se trouvait dans l'appartement lorsque la police est débarquée, a initialement dû être transporté à l'hôpital pour soigner des blessures mineures, avant d'être arrêté par les policiers quelques heures plus tard. Une autopsie devait être pratiquée, hier, sur le corps de la victime.

Possibles troubles mentaux

Selon Me Abergel, qui a été mis au courant des détails de l'histoire à la dernière minute, son client pourrait souffrir de troubles mentaux. « Je crois qu'il est, à cette étape très préliminaire, un jeune homme très malade », a-t-il dit, après une brève évaluation de sa condition.

Plus de détails dans LeDroit du 8 décembre ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer