Il y a 10 ans, l'horreur

Il y a une décennie quasi jour pour... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Il y a une décennie quasi jour pour jour, Robert et Bonnie Dagenais étaient froidement assassinés lors d'une introduction par effraction dans leur chalet de Val-des-Monts, causant l'émoi dans la région.

Martin Roy, LeDroit

Partager

Le 22 novembre 2002, une affaire criminelle plongeait la région dans l'horreur. René Michaud, alors âgé de 26 ans, et son complice adolescent tuaient froidement Robert et Bonnie Dagenais dans leur chalet de Val-des-Monts, à la suite d'une introduction par effraction.

Dix ans plus tard, la douleur est toujours vive pour André Dagenais et sa conjointe Jean, que LeDroit a rencontrés dans leur résidence de l'ouest d'Ottawa. Celui qui a perdu son unique frère sous la balle de Michaud a toujours de la difficulté à donner un sens à cette histoire crapuleuse.

« Il y a tout le temps le pourquoi qui reste. Qu'est-ce qu'ils avaient à faire ça ? », demande-t-il, la gorge nouée par l'émotion.

« Ça fait 10 ans que tout est passé, mais pour nous autres, c'est comme si c'était arrivé hier. Tu ne l'oublies jamais. »

Depuis une décennie, chez les Dagenais, deux chaises restent vides autour de la table lors des réunions de famille.

« C'est différent. On se demande quasiment chaque jour ce qu'on ferait si les deux étaient encore aux alentours », poursuit-il en ressassant ses souvenirs.

En juillet 2002, quelques mois avant d'être abattus, Robert et Bonnie Dagenais ont tiré un trait sur une longue carrière dans le monde de l'éducation. Robert a été directeur de plusieurs écoles, dont le Woodroffe High School, le Glebe Collegiate Institute et le Sir Guy Carleton High School. Sa conjointe, qui enseignait au niveau élémentaire, travaillait au Broadview Public School. Le couple venait de célébrer son 30e anniversaire de mariage.

Déjà, à l'été 2002, les deux frères Dagenais avaient de grands plans pour cette nouvelle partie de leur vie qui s'amorçait.

« J'avais 47 ans, je devais prendre une retraite anticipée. On voulait faire des voyages, aller voir plus souvent nos cousins dans l'Est ou même jouer au golf. On voulait juste prendre du temps pour... Ouf. Ç'a tout changé ce soir-là », confie André, qui a finalement décidé de prendre sa retraite d'Agriculture Canada plus tard que prévu, en 2010. Depuis, rien n'est pareil.

Doutes sur la réhabilitation

Au terme d'un procès longuement médiatisé en décembre 2003, un jury a condamné Michaud à une double peine de prison à perpétuité, sans possibilité de libération avant 25 ans.

Son complice de Notre-Dame-du-Laus, âgé de 15 ans à l'époque, a écopé peu de temps après d'une peine de neuf ans au Tribunal de la jeunesse, dont cinq ans en milieu fermé.

Cette sentence avait été dure à avaler pour les Dagenais. « Pour nous, notre famille, ce n'est pas assez. Il n'a jamais démontré de remords quand on était en cour. C'était difficile », se rappelle André Dagenais.

« La vie vous donne une autre chance. Les personnes que vous avez tuées n'en ont pas eu, elles. J'espère que vous allez en profiter », avait déclaré la juge Louise Turpin à l'adolescent, au moment de rendre sa sentence.

En 2007, un juge l'a condamné à 14 mois supplémentaires, tout en ordonnant son transfert dans un pénitencier, après qu'il se soit évadé d'un centre jeunesse des Laurentides, où il purgeait sa peine.

Au cours d'une courte cavale de 48H, le jeune homme avait cambriolé quatre chalets de la municipalité de Labelle et avait mis la main sur deux armes à feu, retrouvées plus tard dans un boisé.

D'autres preuves, aux yeux d'André Dagenais, qui soulèvent des doutes sur une possible réhabilitation. « Il avait eu plus de deux ans de traitements et ça n'avait rien changé. »

L'homme de 57 ans déplore le fait qu'il n'y ait pas plus de suivis auprès des victimes. « Après qu'ils sont entrés dans le système carcéral, c'est fini. On en entend plus parler. Et c'est dommage, parce que si les résultats étaient très positifs, ça nous donnerait un peu confiance. »

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer