Les «dépendants» aux drogues plus jeunes et nombreux

Des pilules d'ecstasy....

Agrandir

Des pilules d'ecstasy.

Partager

L'organisme les Narcotiques anonymes (NA) accueille dans ses rangs des membres de plus en plus jeunes, et en plus grand nombre. Mais ce ne serait pas une si mauvaise chose...

Richard*, âgé dans la cinquantaine, Adrien*, 26 ans, et Amélie*, 22 ans, discutent autour de la table. Malgré leur différence d'âge, ils se rejoignent sur une chose: ils sont tous les trois des «dépendants».

Si les jeunes ont plus facilement accès à des drogues aujourd'hui, sous des formes plus variées qu'autrefois - méthamphétamines, ecstasys, et autre poudre ou pilules -, elles sont consommées pour une même raison: sublimer le profond mal-être qui accable ses utilisateurs.

Le meilleur remède pour s'en sortir consiste en l'heureuse fraternité qui existe entre les dépendants des NA, explique Richard, un arpenteur de la fonction publique à la retraite qui a touché le bas-fond à l'âge de 35 ans.

«Il y a vraiment une valeur thérapeutique d'un dépendant qui en aide un autre, croit Richard, se réjouissant que les NA sont maintenant mieux connus d'un plus jeune public. Beaucoup d'entre nous ont consulté des professionnels, mais ça n'a pas marché, parce qu'ils n'ont pas nécessairement vécu ce qu'on a vécu.»

En parler pour prévenir

En cette 25e édition de la Semaine de prévention de la toxicomanie, qui commence aujourd'hui, les NA se rendront dans cinq écoles secondaires de la région dans les prochains jours afin de répandre leur message d'espoir à ceux qui pourraient en avoir besoin.

Des jeunes comme Adrien, qui a récemment célébré trois ans d'abstinence. Car, dès l'adolescence, il a compris qu'il avait à l'intérieur de lui un démon à apprivoiser.

«Les dépendants vivent les choses plus intensément que les autres, confie Adrien. J'ai réalisé rapidement que je buzzais plus que mes amis.»

Après des hauts et surtout des bas, le peintre en bâtiment a trouvé chez les NA un nouveau mode de vie, à l'âge de 23 ans.

Mais il n'est pas facile de mettre une croix sur sa dépendance et l'entourage qui aide à l'alimenter.

* Noms fictifs

Plus de détails dans LeDroit du 19 novembre ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer