Un paysage de fin du monde

L'ancienne base militaire de Rockcliffe, fermée depuis 2009,... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

L'ancienne base militaire de Rockcliffe, fermée depuis 2009, est laissée à l'abandon.

Étienne Ranger, LeDroit

Partager

L'absence de civilisation sur l'ancienne base des Forces canadiennes Rockcliffe fait penser à ces films post-apocalyptiques, dans lesquels plus personne ne vit et où seuls des vestiges du passé témoignent d'une vie passée.

Les dernières maisons ont été détruites en 2010. Il ne reste que les sillons de routes qui ne mènent plus nulle part et de l'asphalte qui disparaît lentement sous les végétaux.

Quelques animaux sauvages se sont faufilés sur la base, profitant de l'absence d'êtres humains depuis plus de deux ans.

> Notre galerie de photos de l'incendie

À quelques mètres de l'ancienne école, incendiée dans la nuit de dimanche à hier, un parc et ses structures de jeu rouillées sont difficilement reconnaissables, envahis par de hautes herbes. Un peu plus loin, un bâtiment qui servait autrefois d'entrepôt est tapissé de graffitis. Les fenêtres sont placardées de planches de bois. Les fils électriques qui passent par là n'alimentent plus aucun foyer. Au loin, un panier de basket-ball trône au milieu d'arbustes qui ont poussé de façon anarchique.

Les derniers qui ont tenté de se rassembler sur l'ancienne base pour y faire un pique-nique d'adieu, en 2010, étaient des anciens résidents.

Les autorités les ont repoussés, sous l'ordre du ministère de la Défense nationale.

Ressusciter la base

Les premières idées visant à redonner vie à l'ancienne base des Forces canadiennes Rockcliffe, officiellement abandonnée en 2009, seront connues dans moins de deux semaines.

Le projet de consultation publique de la Société immobilière du Canada (SIC), propriétaire des 315 acres de terrain depuis 2011, prendra son envol le 26novembre au Musée de l'aviation et de l'espace du Canada.

Le bâtiment qui abritait autrefois un centre communautaire, une école militaire et une garderie a été la proie des flammes dans la nuit de dimanche à lundi. Cet endroit a été le tout dernier à avoir été abandonné par son ancien propriétaire, la Défense nationale, avant que la SIC ne s'en porte acquéreur. L'ancienne école devait par ailleurs être détruite d'ici la fin du mois de décembre.

Le secteur était exceptionnellement ouvert aux pompiers, appelés à combattre l'incendie de l'ancienne école, hier. L'ancienne base est habituellement entourée d'une clôture, et ses entrées sont cadenassées.

Négociations fructueuses

Après avoir négocié avec les Algonquins de l'Ontario, qui défendaient un droit de propriété ancestrale, la SIC a confirmé, la semaine dernière, que le projet de réaménagement domiciliaire et commercial était bel et bien lancé.

«Rockcliffe présente une des plus importantes occasions de bâtir un quartier à Ottawa», a déclaré Robert Howald, vice-président principal de la Société immobilière du Canada.

La SIC s'est engagée à commémorer le patrimoine de ses principaux sites, à rendre hommage à l'importante histoire militaire des lieux, de même qu'à l'histoire et au patrimoine des Premières Nations sur ces terrains.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer