Cinq personnes accusées

Meurtre à Saint-Isidore

Joey Faubert.... (Courtoisie)

Agrandir

Joey Faubert.

Courtoisie

Guillaume St-Pierre

Guillaume St-Pierre
Le Droit

Le corps ensanglanté d'un jeune homme âgé d'une vingtaine d'années a été retrouvé derrière une école élémentaire située dans le paisible hameau de Saint-Isidore, à environ 75 km à l'est d'Ottawa.

Les policiers ont été appelés à se rendre dans la cour de l'école élémentaire catholique Saint-Isidore vers 11 h 30, samedi matin, où ils ont trouvé le corps inanimé de Joey Faubert, âgé de 24 ans.

La PPO a annoncé par voie de communiqué tard hier soir que cinq personnes ont été accusées dans cette affaire. L'autopsie pratiquée sur le corps de la victime, hier, a confirmé qu'elle aurait été victime d'un meurtre.

Martin Lamoureux, âgé de 18 ans, de St-Isidore, a été accusé de meurtre au second degré et de complot dans le but de commettre un acte criminel. Deux hommes d'Ottawa, âgés respectivement de 20 et 19 ans, sont notamment accusés de meurtre prémédité.

Ces trois accusés sont toujours détenus et comparaîtront aujourd'hui au palais de justice de L'Orignal, dans l'Est ontarien.

Deux jeunes femmes de 18 et 16 ans, de North Stormont, ont pour leur part été accusées de complot dans le but de commettre un acte criminel. Elles ont été relâchées, et devront comparaître à L'Orignal, le 1er août.

Un large périmètre de sécurité a été érigé, samedi, renforcé par la présence d'une quinzaine d'autopatrouilles. La dépouille a été évacuée vers 17 h.

Joints par LeDroit à leur résidence, dimanche, les parents du défunt ont indiqué vouloir garder le silence sur l'affaire pour l'instant.

Pendant plusieurs heures, les policiers ont ratissé la vaste cour de l'école, située dans un quartier où résident de nombreuses familles. Les recherches les ont également menés sur le toit de l'établissement. Des voisins ont été interrogés.

Bien des questions

Dans le village d'environ un millier d'habitants, tous étaient surpris d'apprendre la nouvelle.

Or, certains ont souligné la présence de jeunes, le soir autour de l'école, précisant que l'endroit sert de refuge pour la consommation et la vente de drogue.

Résident de longue date du secteur, Timmy Tolsma évoque ce qu'il considère comme de « gros problèmes de drogue » à Saint-Isidore.

Pas plus que n'importe quel village, croit pour sa part le maire de la municipalité de La Nation, qui englobe Saint-Isidore, François St-Amour. « C'est triste et c'est étonnant, a-t-il commenté en soirée. Ça n'arrive pas souvent dans nos villages. J'espère que tout le monde va se ressaisir rapidement. »

Le maire St-Amour, comme plusieurs personnes interrogées par LeDroit, a rappelé la tristesse encore vive qui habite la communauté depuis le décès le 24 septembre dernier de Jessica Godin, tuée dans le secteur voisin de Fournier, à la suite d'un délit de fuite.

Des voisins immédiats de la maison d'enseignement se sont dit inquiets de voir un tel drame survenir si près de chez eux.

« On est déménagé ici il y a trois semaines. Ce n'est vraiment pas drôle, affirme un voisin immédiat qui a requis l'anonymat. On voulait être plus près de l'école pour la petite. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer