Feu vert à une université franco-ontarienne

C'est l'ex-commissaire aux langues officielles Dyane Adam qui... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

C'est l'ex-commissaire aux langues officielles Dyane Adam qui préside le Conseil de planification.

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À neuf mois des prochaines élections, le gouvernement Wynne entend présenter cet automne un projet de loi visant à créer, d'ici trois ans, une toute nouvelle université de langue française dans la province.

La tant attendue annonce a été faite lundi au moment même où le volumineux rapport du Conseil de planification présidé par l'ex-commissaire aux langues officielles Dyane Adam était rendu public. Les principales recommandations contenues dans le document de 120 pages ont reçu un accueil favorable de la part du gouvernement, qui qualifie le tout de « jalon historique pour l'éducation postsecondaire en français en Ontario ». 

Le comité, qui selon Mme Adam a dû travailler très fort pour arriver à déposer son rapport avant la date butoir du 30 juin dernier, suggère la mise sur pied d'une université franco-ontarienne gérée par et pour les francophones dans la région de Toronto, le centre sud-ouest de la province étant le quatrième bassin francophone en importance au pays. À l'heure actuelle, les besoins sont si criants qu'une fois l'école secondaire terminée, 75 % des étudiants francophones sont contraints de se tourner vers des études postsecondaires en anglais étant donné le faible nombre de programmes dans la langue de Molière. 

Si tout se déroule sans anicroche, le Conseil de planification estime que l'établissement serait en mesure d'accueillir sa première cohorte d'étudiants à la rentrée 2020 et qu'on y compterait au départ environ 350 étudiants (en équivalent temps plein), un nombre qui pourrait bien être multiplié par six au cours de la décennie suivante. Le nombre de professeurs, quant à lui, passerait d'une vingtaine à l'ouverture du campus à un peu plus d'une centaine une fois qu'elle aura atteint sa maturité, neuf ans plus tard, selon les projections, qui se veulent « conservatrices », affirme Dyane Adam. 

Il est recommandé que l'institution, qui porterait le nom d'Université de l'Ontario français, partage ses locaux avec le Collège Boréal, dont le bail dans l'immeuble du quotidien Toronto Star, au centre-ville de la Ville reine, vient à échéance en septembre 2020. L'établissement collégial est déjà à la recherche d'un nouveau site pour y ériger un bâtiment flambant neuf. 

Ne privilégiant pas le scénario d'une affiliation avec une université bilingue ou anglophone, Mme Adam et ses collègues proposent plutôt que le nouvel établissement, dont le budget de démarrage avoisinerait les 20 millions $, soit parrainé durant sa période de mise en oeuvre par d'autres universités, par exemple l'Université d'Ottawa et l'Université Ryerson. Il aurait malgré tout son propre comité de gouvernance. Par la suite, une somme de 83,5 millions $ sur sept ans serait nécessaire. 

« On a examiné de nombreux types de gouvernance, ailleurs au pays ou dans le monde. On a aussi analysé la tradition ontarienne, qui voulait que dans le passé, les nouvelles universités ont été marrainées par des universités déjà existantes. Dans le contexte contemporain, les experts nous ont dit que le grand avantage de ce scénario, étant donné qu'on part de zéro et que tout est à bâtir, c'est qu'on peut s'appuyer sur celles-ci pour leur crédibilité, leur réputation. Ça a comme avantage d'attirer des étudiants qui étaient peut-être inquiets, car l'institution n'a pas encore fait ses classes », souligne Diane Adam, ajoutant que le concept d'université proposé au gouvernement en est un « clé en main ». 

Selon Mme Adam, ce projet est sans contredits une nette avancée pour les communautés francophones. « C'est un dossier qui m'a accompagné toute ma carrière, à certains moments il passait à l'arrière-scène et ensuite il revenait. Il y a des générations de Franco-Ontariens qui ont souhaité et rêvé une telle institution dans leur cour arrière », dit-elle.

Quant à la ministre des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, elle soutient qu'il s'agit d'une annonce historique et que son gouvernement répond à un engagement concret. Consciente qu'il s'agit d'un élément important pour la suite des choses et les échéanciers, elle estime que le projet de loi peut être adopté avant le scrutin provincial de juin prochain, mais elle ne veut rien prendre pour acquis. Les travaux reprennent le 11 septembre à Queen's Park. 

La prochaine étape cruciale sera la mise sur pied, d'ici le début octobre, dit-elle, d'un comité de mise en oeuvre de la future université.

Des pourparlers ont également été entamés avec le gouvernement fédéral dans l'espoir que celui-ci s'engage à participer au financement de l'établissement d'enseignement postsecondaire.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer