L'opposition sort les «gros mots»

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a... (Archives, La Presse)

Agrandir

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a dû subir encore une fois mercredi les foudres de l'opposition lors de sa comparution devant le comité des langues officielles.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

La polémique entourant le choix du prochain commissaire aux langues officielles est loin de s'éteindre. La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a dû subir encore une fois mercredi les foudres de l'opposition lors de sa comparution devant le comité des langues officielles. Fait plutôt rarissime lors de débats en comité, un député conservateur est même allé jusqu'à utiliser un juron pour démontrer son dépit face aux libéraux, avant de se faire rappeler à l'ordre par le président du comité.

La ministre Joly comparaissait avec le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed Hussen, pour répondre au rapport unanime déposé par le comité proposant seize recommandations sur l'immigration francophone dans les communautés hors Québec.

Le débat a toutefois rapidement tourné autour du processus en vue de la nomination du prochain commissaire aux langues officielles. À la suite du désistement de Madeleine Meilleur la semaine dernière - la candidate retenue par le premier ministre Justin Trudeau - le gouvernement n'avait toujours pas fait connaître mercredi ses intentions dans ce dossier. La tension était donc palpable du côté de l'opposition.

« Mme Joly, on est dans le trouble »

« Mme Joly, on est dans le trouble, ça va mal. Au début de 2016, le commissaire Fraser avait dit: "Je m'en vais." Il faut lancer un processus. Mais présentement, on a plus de commissaire. Et à quatre jours de la fin du mandat de six mois de la commissaire par intérim Ghislaine Saikaley qui se termine le 17 juin, on ne sait toujours pas c'est quoi votre plan. L'instabilité est néfaste pour les communautés », a lancé le député néo-démocrate François Choquette, sur un ton ferme.

La ministre Joly a répété qu'elle allait faire une annonce « au cours des prochains jours », sans aller plus loin, ce qui a ajouté à la frustration des députés néo-démocrates et conservateurs.

Pendant les échanges, le député conservateur Bernard Généreux n'a pas prisé que la ministre Joly accuse les conservateurs de n'avoir rien fait pour les langues officielles pendant leur règne de 10 ans. Dépité, il a répliqué en lançant un gros sacre pour démontrer sa frustration, avant d'être rappelé à l'ordre par le président du comité, Denis Paradis.

Prolongation de mandat souhaitable

À la sortie de la rencontre, le député Choquette a fait savoir que dans les circonstances, le mandat de la commissaire par intérim Ghislaine Saikaley devrait être prolongé, ce qui permettrait aux groupes linguistiques minoritaires comme la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) de rencontrer le premier ministre Trudeau pour discuter du processus devant mener à la nomination du prochain commissaire. Une motion du député Choquette à ce sujet doit être débattue en comité la semaine prochaine.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer