Jean-Paul Perreault s'attend à des excuses de Trudeau

«De voir que le premier ministre Trudeau s'excuse... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

«De voir que le premier ministre Trudeau s'excuse d'avoir parlé en français au Québec, c'est révoltant», affirme Jean-Paul Perreault, d'Impératif français.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Si Justin Trudeau s'excuse pour avoir répondu en français à un anglophone au Québec, il devrait en faire autant envers les francophones pour les «pratiques discriminatoires» au sein du gouvernement, estime Jean-Paul Perreault, d'Impératif français.

«À quand les excuses? Moi, je m'attends à en avoir autant», a fait valoir M. Perreault, qui a qualifié «d'aberration incroyable» les excuses transmises par le premier ministre Trudeau aux anglophones du Québec pour avoir répondu en français à une question posée en anglais lors d'une rencontre publique tenue récemment à Sherbrooke. La lettre d'excuses rédigée en anglais seulement a été envoyée au Quebec Community Groups Network  qui l'a mis en ligne sur son site.

«De voir que le premier ministre Trudeau s'excuse d'avoir parlé en français au Québec, c'est révoltant. Le message qu'il donne à l'ensemble des Québécois, c'est qu'il faut parler en anglais aux anglophones, et si vous ne le faites pas, excusez-vous. C'est la vieille image d'occupant. Entre eux, les francophones peuvent parler français. Mais s'il y a un anglophone dans la salle, il faut que tout le monde parle anglais. C'est une grave erreur d'avoir donné raison à un groupe qui prône l'anglicisation du Québec où la langue commune de la diversité est le français» soutient M. Perreault.

Suivant la logique de M. Trudeau, le président d'Impératif français a déposé une plainte auprès du commissaire aux langues officielles pour dénoncer des pratiques en vigueur au sein du gouvernement lors de nominations de ministres et d'autres hauts dirigeants et fonctionnaires du gouvernement canadien incapables de parler français. 

M. Perreault a indiqué avoir reçu un appel du Commissariat lui indiquant que sa plainte était «non recevable» puisqu'elle ne vise pas un cas particulier.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer