Faculté-satellite de médecine: Impératif français appelle à la mobilisation

« C'est une aberration. Ça n'a aucun sens. On... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

« C'est une aberration. Ça n'a aucun sens. On ne trouve même pas ça à Moncton, au Nouveau-Brunswick», lance le président d'Impératif français, Jean-Paul Perreault.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles-Antoine Gagnon

Collaboration spéciale

Le Droit

Le mouvement Impératif français lance une campagne pour réclamer que la nouvelle faculté de médecine en Outaouais relève d'une université de langue française, et pour que la formation soit entièrement donnée en français.

L'organisation demande à la population et aux organisations de la région de se mobiliser et d'envoyer des courriels aux politiciens provinciaux, toutes couleurs confondues, pour manifester leur désaccord concernant la livraison de cours en anglais alors que la majorité de la population en Outaouais est francophone.

« C'est une aberration. Ça n'a aucun sens. On ne trouve même pas ça à Moncton, au Nouveau-Brunswick, où les étudiants en médecine peuvent suivre leurs cours en français. À l'Université d'Ottawa, en Ontario, les francophones peuvent faire leurs cours de médecine en français », a lancé le président d'Impératif français, Jean-Paul Perreault.

« On demande aux gens d'intervenir auprès de leur député, auprès des ministres, auprès des chefs dans l'opposition pour infirmer cette décision », a ajouté M. Perreault, précisant que la faculté de médecine en Outaouais devrait relever de l'Université de Montréal, de l'Université de Sherbrooke ou de l'Université Laval.

« On vient de coloniser l'Outaouais en soumettant la population francophone à une université de langue anglaise qui est là pour servir 7 % de la population, et non pas pour venir servir l'Outaouais québécois », a enchaîné M. Perreault, qui a dénoncé la décision du gouvernement du Québec de donner à McGill la responsabilité de la nouvelle faculté satellite. Il a qualifié la situation de « tout à fait inacceptable, intolérable, blessante et humiliante ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer