Le transfert de la gouvernance du Centre Jules-Léger salué

Le Centre Jules-Léger... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le Centre Jules-Léger

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Le maintien du Centre Jules-Léger et le transfert de sa gouvernance du gouvernement provincial aux conseils scolaires de langue française de l'Ontario sont des décisions saluées par des organisations francophones de la province.

L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) a accueilli avec satisfaction les mesures annoncées lundi par Queen's Park, qui comprennent aussi des initiatives d'amélioration du soutien offert aux élèves.

Selon l'AFO, cette décision assure l'avenir du centre et pérennise l'accès à une éducation en français pour tous les élèves francophones de l'Ontario ayant des besoins particuliers, comme les malentendants, les malvoyants, et ceux ayant des troubles d'apprentissage. 

«La sauvegarde du Centre Jules-Léger et l'annonce d'une transition vers une gouvernance francophone sont d'excellentes nouvelles qui vont favoriser le développement de programmes et de services correspondant aux réalités franco-ontariennes», a souligné le président de l'AFO, Denis Vaillancourt.

«C'est un pas dans la bonne direction et nous souhaitons désormais que des ressources adéquates viennent appuyer cette transition qui devrait aussi impliquer la participation des enseignants, des parents et de leurs enfants puisqu'ils possèdent l'expertise nécessaire pour assurer leur bien-être», a-t-il continué.

L'Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC) et l'Association des conseils scolaires des écoles publiques de l'Ontario (ACÉPO) ont félicité la province, et ont indiqué que la prochaine étape consiste à la mise sur pied d'un consortium pour gouverner et garantir une gestion efficace du centre.

«À la rentrée, le Centre Jules-Léger ouvrira ses portes comme à l'habitude. C'est une bonne nouvelle pour les élèves et les parents. Cette continuité et ce soutien supplémentaire permettront de faire une transition en douceur vers un nouveau modèle qui répondra mieux aux préoccupations des élèves, des parents et des intervenants», a déclaré Denis Labelle, président de l'ACÉPO.

«Le Centre Jules-Léger doit se renouveler pour répondre aux défis des élèves afin de les amener à développer les compétences requises pour devenir des citoyens heureux et autonomes, capables de contribuer de façon significative à la société», a ajouté Jean Lemay, président de l'AFOCSC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer