Coup de pouce fédéral à la main-d'oeuvre francophone hors Québec

Le nouveau volet Mobilité francophone du gouvernement fédéral redonne espoir... (André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

André Pichette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le nouveau volet Mobilité francophone du gouvernement fédéral redonne espoir d'accroître le nombre de travailleurs immigrants qualifiés d'expression française, une priorité pour les communautés linguistiques hors Québec.

La présidente de la FCFA, Sylviane Lanthier... (Martin Roy, Archives LeDroit) - image 1.0

Agrandir

La présidente de la FCFA, Sylviane Lanthier

Martin Roy, Archives LeDroit

C'est au Centre de santé communautaire de Vanier qu'avait lieu, jeudi, la première d'une série de rencontres organisées dans différentes villes de l'Ontario et des provinces de l'Atlantique pour permettre aux employeurs d'en apprendre davantage sur ce nouveau programme annoncé le 1er juin par le ministre de l'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté, John McCallum.

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) et les Réseaux en immigration francophone (RIF) coordonnent un total de 10 rencontres, en collaboration avec l'ambassade du Canada à Paris.

«Notre objectif est de renseigner les employeurs sur la possibilité de bénéficier d'un recrutement facilité de travailleurs qualifiés et bilingues pour certaines catégories d'emploi, l'accompagnement qu'ils peuvent obtenir et l'accueil social et culturel dans les communautés», a fait valoir Sylviane Lanthier, présidente de la FCFA. 

«C'est un scandale»

Avant son départ en 2015 après six années à la tête de la FCFA, l'ex-présidente Marie-France Kenny s'était vidé le coeur en déplorant que le Canada accepte de faire entrer moins de 2% d'immigrants francophones à l'extérieur du Québec, comparativement à 98% d'immigrants anglophones. 

«C'est un scandale. On voudrait tuer la francophonie à petit feu, éliminer nos communautés par attrition, qu'on ne s'y prendrait pas autrement», avait déclaré Mme Kenny lors de son dernier témoignage devant le comité des langues officielles. 

En mars dernier, le gouvernement libéral a indiqué son intention de rétablir à compter du 1er juin le programme disparu en 2014 sous le règne conservateur, appelé alors Avantage significatif francophone, qui servait à attirer les travailleurs qualifiés francophones et à les encourager à s'établir dans les communautés francophones hors Québec.

L'élimination de ce programme par le gouvernement Harper avait fait l'objet d'une plainte auprès du commissaire aux langues officielles et d'un recours judiciaire de la part de la FCFA.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer