La Fondation Trillium investit 425 000$

Le MIFO a obtenu une subvention de 242 000$,... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le MIFO a obtenu une subvention de 242 000$, au grand plaisir de sa présidente Trèva Cousineau.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quatre récipiendaires de la Fondation Trillium de l'Ontario pourront maintenant mettre leurs projets à l'oeuvre, soit le MIFO, la compagnie de danse Tara Luz, l'organisme Alimentation juste et l'équipe de football des Panthers de Cumberland.

Le Mouvement d'implication francophone d'Orléans a obtenu une subvention de 242 000$ pour élargir les activités récréatives offertes aux enfants, aux adultes et aux aînés francophones, à la suite de la fusion en 2014 avec le centre Séraphin-Marion d'Orléans. Du coup, quelque 700 nouveaux membres se sont ajoutés à la clientèle du MIFO.

Selon la présidente, Trèva Cousineau, environ 46 000$ seront consacrés à l'amélioration de l'acoustique dans la salle de spectacle, tandis que des fonds iront à l'embauche une troisième personne à plein temps. Un projet d'agrandissement du MIFO est aussi dans les cartons, a précisé Mme Cousineau.

De son côté, Alimentation juste a reçu 75 000$ pour créer une entreprise sociale à but non lucratif qui aura comme mission de recueillir et de livrer des aliments nutritifs à des agences communautaires à Ottawa. Grâce à l'achat collectif de nourriture, il sera possible d'améliorer la capacité des organismes à desservir les personnes et familles à faible revenu.

Les Panthers de Cumberland pourront acheter de l'équipement de football neuf pour plus de 480 joueurs, sans quoi il aurait fallu augmenter les frais de 200$ par joueur pour le programme d'été qui coûte déjà 750$, a précisé Mark Ouellette, le président du club. Les casques et les épaulettes doivent obligatoirement être renouvelés tous les cinq ou six ans, selon les exigences de certification. Le club a obtenu la somme de 69 800$.

Enfin, grâce à une subvention de 168 600$ échelonnée sur trois ans, la compagnie de danse Tara Luz d'Orléans pourra exposer 2500 jeunes francophones d'Ottawa, de Sudbury et de Hearst à la danse contemporaine en salle de spectacle. 

Tara Luz Danse a accueilli quatre écoles francophones au centre Shenkman, à l'automne, et souhaite maintenant élargir ce projet pour rejoindre davantage de jeunes à Sudbury et Hearst, a précisé la coordonnatrice des communications, Nadia Desrochers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer