400 ans de français en Ontario: commémorations réussies

La première ministre ontarienne Kathleen Wynne et le... (Archives LeDroit)

Agrandir

La première ministre ontarienne Kathleen Wynne et le ministre québécois Jean-Marc Fournier, lors de l'événement Rendez-vous Champlain à Penetanguishene

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mama Afou
Le Droit

Les commémorations du 400anniversaire de la présence française en Ontario ont été une «réussite» à tous les points de vue, selon Denis Vaillancourt, le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO).

Ainsi, c'est près de 462 000 personnes qui ont participé aux 258 activités organisées sur tout le territoire de la province pour souligner cet anniversaire.

Pour Denis Vaillancourt, cette célébration a permis d'offrir de la «visibilité» à la communauté franco-ontarienne. «Les célébrations ont contribué à sensibiliser les francophones et les anglophones sur l'apport de notre communauté qui est vibrante et qui veut améliorer les choses dans la province», soutient-il.

Au niveau politique, le gouvernement provincial a investi des millions de dollars pour la tenue de ces célébrations, notamment dans le réaménagement du Parc commémoratif Champlain-Huron/Wendat à Penetanguishene. Un hommage historique a aussi été fait à Queen's Park le 24 septembre dernier. À la veille du jour des Franco-Ontariens, la période de questions à l'Assemblée législative a été suspendue pendant 15 minutes afin que les chefs des différents partis offrent leurs hommages à la communauté franco-ontarienne, ce qui est du «jamais vu» à Queen's Park, selon M. Vaillancourt.

Ce dernier estime que ces célébrations ont été un véritable «tremplin» pour la cause des Franco-Ontariens, que ce soit au chapitre de la visibilité que de l'action politique. En effet, il y a eu plusieurs avancées cette année, entre autres avec l'adoption à l'unanimité en deuxième lecture du projet de loi visant la création d'une université franco-ontarienne.

Un député de l'Ontario, le libéral Glenn Thibault, a aussi demandé au gouvernement provincial de présenter des excuses officielles pour l'adoption en 1912 du Règlement XVII qui interdisait l'usage de la langue française aux écoles élémentaires pendant une quinzaine d'années. Même si M. Vaillancourt estime que ce projet n'est pas «une priorité», il reste selon lui «une bonne nouvelle s'il permet de faire des avancées sur le dossier de l'université franco-ontarienne ou sur l'accès aux services en français», explique-t-il.

L'avenir

Cette célébration du 400e a réveillé la fibre franco-ontarienne des citoyens de la province selon le président de l'AFO. Dans un sondage auprès de 2500 répondants, l'AFO a identifié plusieurs aspirations des Franco-Ontariens, dont celles d'accorder le statut de capitale bilingue à la Ville d'Ottawa, de créer une université franco-ontarienne et d'améliorer les services de santé à l'intention des francophones de la province.

Même s'il y des progrès réalisés en 2015, il reste encore du travail à faire selon M. Vaillancourt. «Les célébrations ont permis de valoriser la présence et la participation de la communauté franco-ontarienne. C'est un tremplin pour continuer à se battre pour les droits et les services des francophones dans la province», souligne-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer