Le Château Laurier décoré en vert et blanc

La présidente de l'association étudiante de La Cité,... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La présidente de l'association étudiante de La Cité, Vanessa Arseneault; le président de la Fondation de La Cité, Michel Larose; la présidente de l'établissement, Lise Bourgeois; le député fédéral d'Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger; la présidente du c.a, Lise Cloutier; la députée provinciale d'Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde; le conseiller municipal Mathieu Fleury; et la directrice générale de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne, Andrée Newell

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec un quart de siècle derrière la cravate pour le collège La Cité, la fondation de l'établissement d'enseignement supérieur a choisi de célébrer cet anniversaire en grand, vendredi soir, en invitant les leaders de la communauté franco-ontarienne à une soirée de collecte de fonds au Château Laurier.

Quoi de mieux pour souligner le 25e anniversaire de cette institution franco-ontarienne que de tapisser la salle Laurier de vert et de blanc? Les couleurs du drapeau franco-ontarien étaient à l'honneur pour un gala animé par l'ex-étudiante de La Cité et chanteuse-imitatrice, Véronic DiCaire.

Ce 25e anniversaire est également une opportunité de revenir sur l'apport du collège La Cité à la province de l'Ontario, à la région de la capitale nationale et, bien entendu, à la francophonie.

Pour la députée provinciale d'Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde, l'établissement s'est établi comme un incontournable dans le réseau d'enseignement supérieur ontarien. Non seulement, La Cité offre une formation collégiale en français, mais surtout, une formation de qualité, dit-elle.

«Le curriculum, au fil des années, a été modifié et amélioré pour répondre à l'emploi de demain. La Cité l'a fait et c'est toujours super motivant pour moi de voir que la francophonie est toujours à l'avant-garde de ce qui s'en vient.»

«Chaque jour, La Cité accueille, en personne, plus de 10 000 personnes francophones et francophiles qui viennent étudier, enseigner ou travailler et qui contribuent à l'ébullition communautaire.»

Lise Bourgeois
présidente du collège La Cité

Le directeur général de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), Peter Hominuk, parle également d'une institution irremplaçable pour les francophones en Ontario. Comme Mme Lalonde, il soutient que La Cité est essentielle à la protection du français en Ontario grâce à son offre de programmes d'études.

M. Hominuk ajoute que La Cité est un succès sur toute la ligne et que le collège a pavé la voie à la création d'autres établissements francophones à travers l'Ontario.

«C'est 25 ans d'une gestion par et pour les francophones, soutient Peter Hominuk. C'est un modèle qu'on utilise. On parle du dossier de l'université franco-ontarienne, c'est le succès de La Cité et des institutions qu'on gère nous-mêmes, les Franco-ontariens, qui nous donnent envie de compléter l'ensemble du système postsecondaire francophone en Ontario.»

Le directeur général de l'AFO croit également que la formation de professionnels francophones est un outil de développement économique important pour l'Ontario. La présence de francophones permet à la province de se distinguer, explique-t-il.

La présidente du collège La Cité, Lise Bourgeois, partage (évidemment) l'avis de Marie-France Lalonde et de Peter Hominuk. Elle estime que l'établissement qu'elle dirige est un «pilier de la francophonie en Ontario».

«C'est le plus grand faubourg francophone dans la région de la capitale nationale. Chaque jour, La Cité accueille, en personne, plus de 10 000 personnes francophones et francophiles qui viennent étudier, enseigner ou travailler et qui contribuent à l'ébullition communautaire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer