Une déclaration solennelle pétrie de fautes

La déclaration solennelle était remise à certains candidats... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

La déclaration solennelle était remise à certains candidats à la citoyenneté quelques minutes avant de prêter allégeance à la reine.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trouvez les erreurs: «Je suis dans l'incapacité de remettre ma carte de résident permanente à la cérémonie de citoyenneté car elle a été acheminer avec ma nouvelle demande de replacement.»

Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) invoque une «erreur administrative» pour expliquer la distribution d'un formulaire dont la traduction française était pétrie de fautes d'orthographe et de syntaxe.

La déclaration solennelle était remise à certains candidats quelques minutes avant de prêter allégeance à la reine, à l'occasion de leur cérémonie de citoyenneté, célébrée dans un bureau de CIC d'Ottawa.

Un rédacteur-traducteur de profession consulté par LeDroit a décelé au moins une quinzaine de fautes dans un texte d'à peine 100 mots.

Certaines phrases sont à peine lisibles en raison de leur syntaxe boiteuse ou de mots mal écrits.

«Le formulaire en question n'est pas le formulaire officiel couramment utilisé par CIC pour ces cas, s'est défendu par courriel un porte-parole du ministère. Il semble qu'une erreur administrative ait été commise relativement à l'utilisation de ce formulaire. Nous en confirmons le retrait.»

Citoyenneté et Immigration Canada a été incapable de fournir le nombre exact de ces déclarations solennelles qui ont été distribuées et remplies par de nouveaux Canadiens. Il a aussi été impossible de savoir si le document a été distribué dans d'autres bureaux que celui du 200, rue Catherine, à Ottawa.

La déclaration écrite devait être signée par les candidats à la citoyenneté ayant perdu leur carte de résidence permanente. Ils s'engageaient à retourner la carte dès sa réception, s'ils étaient depuis devenus officiellement citoyens canadiens.

Citoyenneté et Immigration Canada dit prendre «très au sérieux» ses responsabilités de communiquer «efficacement en français et en anglais» afin de s'assurer que les formulaires produits «répondent aux plus hautes exigences de qualité en terme de traduction».

L'ACFO déplore

Les gouvernements du Canada et de l'Ontario cherchent depuis des années à augmenter le nombre d'immigrants francophones qui choisissent de s'établir dans une autre province que le Québec.

Invitée à réagir, l'Association des communautés francophones d'Ottawa (ACFO) dit craindre que ce genre «d'erreurs administratives» ternisse l'image d'un Canada bilingue aux yeux des candidats à la citoyenneté d'expression française.

«Il est déplorable que les nouveaux Canadiens soient accueillis de façon à laisser entendre que le français est moins important. Nous sommes un pays bilingue et nous devons valoriser les deux langues avec la même rigueur», plaide la directrice générale, Isabelle N. Miron.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer