L'exploration des «Pays d'en Haut»

Aidé par des guides amérindiens, Champlain navigue sur... (Étienne Fortin-Gauthier, collaboration spéciale)

Agrandir

Aidé par des guides amérindiens, Champlain navigue sur la rivière des Outaouais jusqu'à l'île aux Allumettes.

Étienne Fortin-Gauthier, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Hugues Théorêt

L'auteur est chercheur en histoire canadienne. Il prononce des conférences et écrit sur le sujet. Il a aussi travaillé sur des séries documentaires télévisées. En parallèle, il poursuit des études doctorales en histoire à l'Université d'Ottawa.

Le Droit

La présence francophone en Ontario remonte à 1615. Mais dès 1613, l'explorateur français Samuel de Champlain navigue sur la rivière des Outaouais jusqu'à l'île aux Allumettes aidé par des guides amérindiens. En 1615, il poursuit son exploration de l'Outaouais, empruntant la rivière Matawa pour déboucher au lac Nipissing, puis il remonte la rivière des Français pour atteindre le lac Huron (la «mer douce»). Champlain atteint ensuite le sud du lac Ontario où il se butte aux Iroquois. Lors d'une échauffourée, Champlain est blessé à la jambe. Après la prise de Québec par les frères Kirke en 1629, Champlain est ramené en Angleterre, puis rapatrié en France. En 1635, il retourne en Nouvelle-France pour y mourir.

Après la mort de Champlain, ce sont les communautés religieuses qui se chargent du peuplement de la Nouvelle-France. Les Jésuites arrivent en 1632. Le mandat des Jésuites consiste à convertir les autochtones au catholicisme. La mission Sainte-Marie voit le jour en 1668 sur le territoire actuel de la ville de Sault Ste-Marie grâce au père Marquette.

En 1665, l'intendant Jean Talon arrive dans la colonie. Il commande l'établissement des postes de traite et des forts dans la région des Grands Lacs pour assurer le commerce des fourrures. En 1673, René-Robert Cavelier de La Salle dirige la construction du fort Frontenac sur les bords de la rivière Cataracoui, là où se trouve l'actuel Kingston. Au xviiiesiècle, le fort Frontenac est constitué comme poste du Roi en raison de son emplacement stratégique à l'embouchure du lac Ontario. En 1679, le dispositif de défense et de commerce des Pays d'en Haut s'enrichit de la construction du fort Michillimakinac sur l'emplacement de la mission Saint-Ignace, fondée par le père jésuite Jacques Marquette. En 1683, Olivier Morel, sieur de la Durantaye, prend le commandement du fort. Situé à un endroit stratégique, au détroit de Mackinac, entre le lac Michigan et le lac Huron, Michillimakinac assure aux marchands montréalais de la Compagnie du Nord, réunis autour de Charles Aubert de la Chesnaye, un accès privilégié aux bassins de fourrures de l'Ouest. En 1687, le gouverneur de la Nouvelle-France, Jacques-René de Brisay, marquis de Denonville, à la tête d'une expédition militaire contre les Senecas, prend possession de la région de Niagara. Constituant l'une des principales voies d'accès vers les bassins de fourrures de l'Ouest, la rivière Niagara a une importance stratégique considérable. En 1701, Antoine Laumet, sieur de Lamothe Cadillac s'installe avec 50 soldats, 50 habitants canadiens, un missionnaire jésuite et un aumônier récollet, au fort Pontchartrain, érigé sur le site actuel de Détroit-Windsor. Ils y établissent un fort avec un entrepôt, quelques maisons et une chapelle, le tout ceinturé par une palissade. Ainsi, au début du XVIIIE siècle, Champlain et sa suite avaient jeté les bases des Pays d'en Haut qui allaient devenir plus tard l'Ontario francophone.

Partager

À lire aussi

  • Le ciment social de l'Ontario français

    Francophonie

    Le ciment social de l'Ontario français

    L'Église catholique a été le fer de lance de la culture franco-ontarienne. »

  • Les barons du bois débarquent

    Francophonie

    Les barons du bois débarquent

    À la fin du xviiie siècle, la vallée de l'Outaouais n'est qu'une immense forêt. Mais les événements politiques en Europe contribuent à transformer... »

  • Dans le Moyen-Nord, le train trace la voie

    Francophonie

    Dans le Moyen-Nord, le train trace la voie

    Pendant les années 1880-1890, c'est la construction du chemin de fer du Canadien Pacifique qui est le principal artisan du développement du... »

  • L'affirmation identitaire

    Francophonie

    L'affirmation identitaire

    Les francophones de l'Ontario qui, contrairement aux Québécois, ont toujours été en situation minoritaire dans leur province ont longtemps dû se... »

  • La crise du Règlement XVII

    Francophonie

    La crise du Règlement XVII

    Au début du xxesiècle, l'accroissement de la présence francophone suscite de vives appréhensions parmi les anglophones de l'Ontario, dont certains... »

  • La crise scolaire de Sturgeon Falls

    Francophonie

    La crise scolaire de Sturgeon Falls

    Au début des années 1970, une crise scolaire éclate à Sturgeon Falls, une municipalité qui compte 80 % de francophones. Le Conseil scolaire de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer