Champlain, 400 ans plus tard

Les célébrations des 400 ans de la présence francophone en Ontario ont culminé... (Étienne Fortin-Gauthier)

Agrandir

Étienne Fortin-Gauthier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Étienne Fortin-Gauthier
Le Droit

(Penetanguishene) Les célébrations des 400 ans de la présence francophone en Ontario ont culminé samedi à Penetanguishene avec une reconstitution de l'arrivée de Samuel de Champlain sur les berges de la baie Georgienne.

Les milliers de spectateurs présents ont ainsi pu apercevoir Champlain faire son arrivée en canot accompagné par plusieurs autochtones. À ses côtés,Étienne Brûlé lui a présenté le chef Aenon du clan de l'Ours de la Nation huronne-wendat.  

Lors de ce moment solennel, tous ont été catapultés en cette date du 1er août 1615 où cette rencontre marquante pour le reste de l'histoire ontarienne s'est déroulée. 

Des membres de la Nation huronne-wendat incarnaient leurs propres ancêtres pendant cette reconstitution, alors que les compagnons de Champlain étaient campés par des Franco-Ontariens de l'Écho d'un peuple.

Une sculpture dévoilée pendant la cérémonie immortalise maintenant cette rencontre de deux peuples. Cette oeuvre du sculpteur Tim Schmalz est la première statue commémorative présentant d'égal à égal Champlain et les Autochtones. 

«Lors de l'arrivée de Champlain, il y avait une alliance égalitaire entre les Hurons et les Français. Il est porté comme un grand découvreur par notre nation. Champlain ne pouvait cependant pas se douter du processus de dépossession et d'épidémie qui suivrait», a affirmé le chef Jean Sioui de la nation huronne-wendate lors de la cérémonie.

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a salué l'accueil chaleureux des Premières  nations et elle a souligné l'importance des francophones dans l'histoire de la province. 

«Les colons francophones ont bâti les fondements de l'Ontario», a-t-elle dit en français. «La communauté francophone de la province est la plus importante au pays à l'extérieur du Québec. Les Franco-Ontariens contribuent à notre prospérité économique et culturel», a-t-elle ajouté. Mme Wynne a soutenu qu'elle ferait tout en son possible pour protéger le fait français dans la province. «Sans les francophones, les anglophones et les autochtones, il n'y a pas de Canada», a-t-elle lancé.

Le ministre québécois des affaires intergouvernementales, Jean-Marc Fournier, est aussi des célébrations. Il faut se rappeler que Champlain avait auparavant fait cette marque sur le territoire qu'est aujourd'hui le Québec. Les liens historiques passés et actuels entre le Québec et l'Ontario ont été soulignés par le ministre Fournier lors de son allocution. En après-midi, une plaque commémorative a été dévoilée par le ministre Fournier au site historique de Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons que des Jésuites du Québec ont fondée. 

Les célébrations se poursuivront tout au long de la journée avec un marathon de spectacles. En soirée, un méga-concert mettant notamment en vedette Céleste Lévis, Damien Robitaille et Roch Voisine est prévu sur les berges de la baie Georgienne.

Une portion des célébrations a été marquée par une manifestation d'employés du gouvernement ontarien, notamment des syndiqués des services correctionnels. La première ministre Kathleen Wynne a souligné dans son discours la présence des manifestants et les a invité à poursuivre les négociations avec le gouvernement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer