Pas d'agent de sécurité bilingue à l'aéroport Billy-Bishop

Porter airlines affirme que le sort réservé à... (Courtoisie, Porter Airlines)

Agrandir

Porter airlines affirme que le sort réservé à Louis Labrecque n'avait aucun lien avec le fait qu'il parlait français, mais plutôt à son comportement agressif.

Courtoisie, Porter Airlines

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

La direction de l'Aéroport Billy Bishop de Toronto admet qu'il n'y avait pas d'agent de sécurité bilingue disponible pour aller chercher le voyageur francophone Louis Labrecque dans l'appareil Porter, le 1er juillet. Pour sa part, le transporteur aérien soutient que c'est le «comportement agressif» du voyageur torontois qui a obligé les agents de bord à demander l'aide d'agents de sécurité, lors de l'arrivée de l'appareil dans la Ville-Reine.

«Nous pouvons confirmer que trois agents de sécurité ont été assignés à l'arrivée de ce vol, et que ces agents ne parlaient pas les deux langues officielles, a indiqué dans un courriel Jen Brailsford, porte-parole de PortsToronto, qui exploite l'Aéroport Billy Bishop. «Nous ne disposions pas de personnel francophone au moment où l'avion a atterri. Un représentant de la compagnie aérienne, qui s'exprime dans les deux langues officielles, a été appelé et est arrivé le plus rapidement possible en vue de résoudre la situation.»

Louis Labrecque, un traducteur de 51 ans, a indiqué avoir été «humilié» en étant escorté «comme un terroriste», après avoir demandé à être servi en français dans un avion de Porter reliant Montréal et Toronto. Il raconte notamment s'être fait répondre «I don't speak french» par les deux agents de bord unilingues lorsqu'il a demandé un «jus de pomme». Peu avant l'atterrissage, il a haussé le ton lorsqu'un agent lui a donné une consigne de sécurité en anglais au sujet de son bagage à main. «J'étais émotif, et les 30 ans d'humiliation et d'arrogance que j'ai subis dans les avions et les aéroports me sont entrés dans le corps», avait-il confié au Droit.

Le porte-parole de Porter, Brad Cicero, a indiqué par courriel que «cette situation n'avait rien à voir avec le fait que M. Labrecque parle français, mais plutôt en raison de son comportement agressif à bord de l'avion».

Selon lui, le vol s'était déroulé normalement jusqu'aux préparatifs d'atterrissage, lorsque les messages automatisés ont été annoncés en anglais et en français. «À ce moment, raconte M. Cicero, nous demandons notamment aux passagers de ranger leurs bagages et autres articles de manière sécuritaire sous leur siège. M. Labrecque ne l'avait pas fait. L'agente de bord s'est efforcée à maintes reprises de lui communiquer ce message, malgré l'apparente barrière linguistique. M. Labrecque a tout de suite adopté un ton et un langage corporel conflictuels, brandissant son poing en direction de l'agente de bord. Un autre passager est venu à sa rescousse et a demandé en français à M. Labrecque de baisser le ton et de placer son sac sous le siège. Autrement, il faudrait appeler le service de sécurité. Une fois de plus, il a refusé d'obtempérer. L'autre passager l'a fait à sa place».

En sortant de l'avion, M. Labrecque a continué d'avoir un comportement agressif, selon le transporteur, cette fois en présence du capitaine. «Le recours au service de sécurité est une mesure rare et de dernier recours, mais l'équipage était préoccupé par ce comportement et craignait pour leur sécurité et celle des autres passagers.»

Porter communique tous ses messages de sécurité aux passagers en français et en anglais, tel que requis pour tous les transporteurs par la loi sur les langues officielles. «Nous nous efforçons d'avoir des membres d'équipage bilingues pour nos vols, mais ce n'est pas toujours possible», a mentionné le porte-parole de Porter.

Le commissariat aux langues officielles a confirmé au Droit qu'une enquête avait été ouverte sur l'incident à l'aéroport Billy Bishop, qui doit offrir des services bilingues en vertu de la Loi sur les langues officielles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer