Le glissement de terrain, un risque toujours omniprésent

Le glissement de terrain de 1993 a emporté... (Courtoisie Conservation de la Nation Sud)

Agrandir

Le glissement de terrain de 1993 a emporté le village de Lemieux, dans La Nation.

Courtoisie Conservation de la Nation Sud

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Près de 25 ans après le glissement de terrain d'envergure dans le village de Lemieux, le danger demeure réel pour des résidents de La Nation, dans l'Est ontarien.

À défaut d'un cri d'alarme, Mathieu Leblanc, de la Conservation de la Nation Sud, a lancé un appel à la vigilance, en début de semaine, lors d'une présentation au conseil municipal de La Nation.

« En se basant sur des données historiques, un glissement de terrain rétrogressif majeur pourrait se produire à tout moment », a souligné M. Leblanc. 

La zone à risque de glissement de terrain comprend le secteur situé entre Casselman et le village de Lemieux.

En plus du glissement de Lemieux, en 1993, la zone porte toujours une quinzaine de cicatrices provenant d'anciens glissements de terrain de grande échelle, dont les glissements de 1895, 1910 et 1971. 

Le glissement du 6 mai 1971, qui a eu lieu à environ 4,5 kilomètres du village de Lemieux, s'est produit en 20 minutes seulement et a créé un lac d'environ 15 km de long par 14 mètres de profond.

« Étant principalement de l'argile de la mer de Champlain, le sol est peu devenir instable rapidement. Une sursaturation d'eau engendre une transformation instantanée du sol en argile liquide », a précisé M. Leblanc. 

À l'heure actuelle, la zone jugée à risque, qui longe la rivière Nation Sud, compte 26 résidences et 41 structures secondaires.  

Depuis plusieurs années, la Conservation de la Nation Sud surveille la zone à risque.

En raison des précipitations élevées, l'organisme recommande aux résidents concernés de demeurer vigilants et de garder l'oeil ouvert.

« Avec une année comme celle-ci, on se prépare à avoir des appels et à rendre les ressources disponibles, explique M. Leblanc. On s'attend à être un peu plus présent et avoir une collaboration avec les propriétaires. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer