La lumière au bout du tunnel

Des sourires se dessinaient sur le visage les... (Martin Brunette, Le Droit)

Agrandir

Des sourires se dessinaient sur le visage les gens sur la rue Voisine à Rockland, mardi.

Martin Brunette, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crue historique en Outaouais
Crue historique en Outaouais

Tout sur la crue historique de 2017 »

Personne ne crie victoire, mais plusieurs résidents riverains commencent à voir la lumière au bout du tunnel dans l'Est ontarien.

Déjà en début de journée mardi, la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais (CPRRO) annonçait que le plus haut niveau de la rivière était désormais atteint et que l'eau doit commencer à se retirer tranquillement. Mardi, il était question d'une baisse d'environ 10 cm.

À Clarence-Rockland, ils étaient moins nombreux à remplir des sacs de sable, dans le stationnement du centre commercial TSC. Jusqu'à présent, plus de 200 000 sacs ont été achetés et 130 000 sacs ont été distribués dans la municipalité.

« Chose certaine, nous avons suffisamment de sacs de sable aujourd'hui », a indiqué Yves Rousselle, gestionnaire de l'ingénierie et des opérations à la Cité de Clarence-Rockland.

Les autorités surveillent l'état des routes et des ponceaux, ainsi que l'érosion causée par la crue des eaux. Un comité d'après-sinistre a été créé pour évaluer les besoins, notamment en ce qui a trait à de l'aide financière. Les résidents pourront aussi faire appel au Programme d'aide aux sinistrés de la province.

Sur le chemin Voisine, durement touchés par la crue des eaux, les résidents attendent maintenant la baisse du niveau de l'eau. Des sourires se dessinaient sur les visages mardi. Depuis plusieurs jours, tous les efforts sont déployés pour protéger les 18 résidences sur ce chemin.

« Ça fait du bien de finalement voir l'eau descendre un peu », confie Pierre Voisine. Grâce au travail acharné des résidents et des bénévoles, avance-t-il, la majorité des résidences ont été épargnées. Seule une maison a été sévèrement endommagée, tandis que trois maisons ont subi des dégâts mineurs.

« C'est fantastique, dit-il. C'est ce qui arrive quand les gens se rassemblent et décident de travailler ensemble. »

Stabilité à L'Orignal

À L'Orignal, dans le canton de Champlain, le calme s'installe peu à peu et les résidents attendent que la rivière retrouve son lit naturel.

« En ce moment, c'est très tranquille et j'espère que ça va rester de même », espère le maire de Champlain, Gary Barton.

La municipalité est toujours prête à recevoir les gens à son centre d'accueil établi au Parc L'Orignal. Peu de demandes d'assistance ont été faites jusqu'à présent.

Au moment de mettre sous presse, mardi, les municipalités de Champlain et de Clarence-Rockland était toujours en état d'urgence.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer