Hommes et garçons invités à porter les talons hauts

Hugo Castonguay, Guillaume Racine, Mélanie Rioux, Pierre Campeau,... (Martin Brunette, Le Droit)

Agrandir

Hugo Castonguay, Guillaume Racine, Mélanie Rioux, Pierre Campeau, Sabrina Rodrigue, Gerry Benoît, Anne Jutras, directrice du Centre Novas et Yvon Laplante, du Service d'incendies de Casselman.

Martin Brunette, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'invitation est lancée aux hommes et garçons de Prescott et Russell à enfiler les talons hauts le mercredi 10 mai pour la marche «Un mille en talons hauts», à Casselman.

Pour une 8e année consécutive, le Centre Novas-CALACS francophone organise cet événement afin de sensibiliser la population aux agressions à caractère sexuel ainsi qu'à la violence faite aux femmes. 

«Démontrez que vous êtes un allié pour la cause et pour l'égalité», a affirmé Anne Jutras, directrice générale du Centre Novas-CALACS.

Gerry Benoît  en sera cette année à sa cinquième participation.  «Je suis moi-même grand-père de petites filles et on envoie un message clair en participants à cet événement», a souligné le septuagénaire. 

L'activité est également organisée en guise de collecte de fonds permettant de financer les différents programmes de prévention du Centre Novas.

L'objectif cette année est de récolter un montant de plus de 5000 $ et d'attirer au moins une centaine de marcheurs.  

«L'argent nous permet entre autres d'aller dans les écoles et de faire plusieurs activités de sensibilisation. L'an dernier nous avions attiré bien au-delà de cent personnes. On espère atteindre le même nombre cette année et peut-être plus», d'ajouter Mme Jutras. 

Une meilleure justice 

Bien qu'aucun thème ne soit associé à la marche , la question de la justice constitue certes un des défis cette année selon Mme Jutras.  Celle-ci évoque notamment l'impact de l'arrêt Jordan qui, selon elle, a vraisemblablement mené à l'abandon de plusieurs procès pour des agressions faites à l'endroit des femmes. 

À cela, elle ajoute les nombreuses plaintes non fondées ainsi que des plaintes qui ont été admises en cour, mais rejetées. 

«On est déçu des résultats parce que les juges, avocats et procureurs ne reconnaissent ou ne comprennent pas nécessairement la problématique de l'agression à caractère sexuel. Dans certains cas, on va même jusqu'à blâmer la victime pour son comportement», a déploré Mme Jutras.

Les gens qui souhaitent participer à la marche doivent réserver leurs chaussures avant le 6 mai en composant le 613-764-5700 ou en acheminant un courriel à coordonnatrice@centrenovas.ca




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer