Cimenterie: les maires invités à reconsidérer leur vote

La cimenterie que l'entreprise Colacem espère construire à... (Courtoisie)

Agrandir

La cimenterie que l'entreprise Colacem espère construire à L'Orignal.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) pourraient se prononcer une autre fois sur l'amendement au Plan officiel permettant l'établissement d'une cimenterie à L'Orignal.

Dans deux lettres qui seront présentées au conseil mercredi, des citoyens demandent aux maires de reconsidérer leur appui majoritaire à l'amendement demandé par l'entreprise Colacem Canada. 

« C'est votre devoir de débattre de ce dossier au sein du conseil et de voter en bonne conscience pour le bien des citoyens de la région. Les Comtés unis devraient soutenir et protéger la population de toutes les municipalités membres, surtout celles visées par une exploitation nuisible », écrit Eileen Clarke dans sa lettre. Résidente de L'Orignal, Yvonne Munro se dit également déçue de la position des CUPR. Elle craint notamment les répercussions du projet sur la rivière des Outaouais. 

« Je ne peux pas imaginer qu'un projet de la sorte soit même considéré, alors qu'il est si près de la rivière des Outaouais. Je n'ai aucun doute qu'il y aurait des répercussions sur la faune aquatique et autres », écrit Mme Munro.

Lors du dernier vote, tenu le 25 janvier, le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins, le maire de Casselman, Conrad Lamadeleine, le maire de Russell, Pierre Leroux, ainsi que le maire de La Nation, François St. Amour, avaient voté en faveur de l'amendement.

La mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, et les maires de Hawkesbury-Est et Champlain, Robert Kirby et Gary Barton, avaient voté contre. Le maire d'Alfred-Plantagenet, Fernand Dicaire, était absent.

Action Champlain, le mouvement d'opposition au projet, devait déposer une requête devant la Commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO), mardi, afin de faire annuler l'amendement. Le groupe a d'ailleurs récemment fait appel aux services de l'avocat Ronald Caza pour les représenter.

De son côté, l'entreprise Colacem Canada doit déposer une requête afin d'invalider la résolution du canton de Champlain, adopté le 24 janvier, qui rejetait la demande de changement de zonage de l'entreprise.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer