Une première garderie coopérative à St-Albert

On aperçoit sur la photo (à l'avant) Réjean... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

On aperçoit sur la photo (à l'avant) Réjean Ouimet, Paul DesRosiers, Andrée-Michèle Deslauriers, Patrick Séguin, Gérald Benoit, André Lavergne, (à l'arrière) Marc Laflèche, Eric Lafontaine, Julie Keravel, Suzanne Raymond, et Jacinthe Benoit, qui sont membres fondateurs de la coopérative du Groupe communautaire de St-Albert

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le village de St-Albert, dans l'Est ontarien, accueillera sa première garderie l'an prochain. Qui plus est, c'est la communauté elle-même qui sera responsable de sa viabilité.

La nouvelle coopérative du Groupe communautaire de St-Albert a procédé, dimanche, au lancement de son premier projet : une garderie coopérative offrant des services sept jours par semaine, 24 heures par jour. La garderie sera établie dans l'édifice qui abrite actuellement la Caisse populaire Nouvel-Horizon de St-Albert qui, elle, fermera officiellement ses portes le 31 décembre prochain.

Le Groupe communautaire de St-Albert a obtenu en octobre son permis d'exploitation d'un service de garde à but non lucratif auprès du ministère de l'Éducation de l'Ontario. Le service sera offert aux bambins (12 mois à 24 mois), aux enfants d'âge préscolaire (24 mois à 4 ans) et aux enfants du parascolaire (maternelle à la 6e année).

Si tout se déroule comme prévu, la garderie ouvrira ses portes au mois de juin 2017. D'ici là, des rénovations doivent être entreprises afin de répondre aux critères du Ministère. Les travaux sont évalués à plus de 250000$. Le Groupe communautaire espère obtenir des subventions des gouvernements afin de financer un peu plus de la moitié des coûts.

Pour le reste, la communauté sera appelée à participer, notamment en devenant membre de la coopérative. L'objectif est de recueillir au moins 90 000 $.

Une nécessité

Selon Paul DesRosiers, président du Groupe communautaire de St-Albert, une garderie était devenue essentielle dans le village. « En faisant des recherches, nous nous sommes aperçus que l'absence d'un service de garde est un des plus gros problèmes à St-Albert », a-t-il souligné.

Le problème réside principalement dans la baisse du nombre d'élèves à l'école élémentaire catholique de St-Albert. En janvier dernier, un comité de parents de l'école s'était d'ailleurs réuni pour tenter de trouver des solutions.

L'idée d'une garderie a obtenu beaucoup d'appui alors que plusieurs familles devaient se tourner vers des services de garde à l'extérieur du village ce qui nuisait la rétention des élèves à St-Albert.

« Ils ont fait un appel à l'aide et c'est à partir de là qu'on a entre autres créé le Groupe communautaire », a précisé M. DesRosiers.

Un levier pour le développement

Bien qu'elle ait été créée en premier lieu pour mettre en oeuvre le projet de la garderie, la coopérative du Groupe communautaire de St-Albert s'attardera à d'autres défis. « Nous avons plus qu'un projet en tête. Nous allons continuer de promouvoir notre communauté et de la garder sur un droit chemin », d'ajouter le président de l'organisme. Dans sa liste de valeurs, la nouvelle coopérative souhaite entre autres servir de « levier pour le développement social et durable » pour St-Albert.

Les gens qui souhaitent en connaître davantage sur la coopérative peuvent visiter le www.coopmonstalbert.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer