Des dépenses qui ne font pas l'unanimité à Casselman

Le conseiller Michel Desjardins craint que le coût... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

Le conseiller Michel Desjardins craint que le coût des projets pour l'eau potable et les eaux usées soit plus élevé.

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bien que Casselman pourrait obtenir des subventions gouvernementales totalisant 425 800 $, ce ne sont pas tous les conseillers qui sont chauds à l'idée de dépenser 681 000 $ pour des projets liés à l'eau potable et au traitement des eaux usées.

La municipalité veut recevoir sa part du programme provincial et fédéral Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées qui propose un financement à près de 75 % des coûts totaux des projets.

De son côté, la municipalité devra payer la différence, soit environ 255 000 $. C'est ce qui a notamment fait sourciller les conseillers Daniel Lafleur et Michel Desjardins.

« On reçoit un montant de 425 786 $ (des gouvernements). Là, on a un montant de 681 000 $. On se retrouve alors déficitaire d'environ 255 000 $. Pour quelle raison on va au-dessus du budget? » a questionné le conseiller Daniel Lafleur.

Le directeur général, Daniel Gatien a indiqué que la municipalité doit maximiser autant que possible les projets qui doivent être réalisés.

Pour sa part, le conseiller Michel Desjardins a notamment déploré le court délai pour évaluer les coûts de chaque projet. De fait, la municipalité a eu moins d'un mois pour établir les montants.

« Il ne faudrait pas que les coûts soient plus élevés à la fin, a affirmé M. Desjardins. J'ai de la misère avec le fait qu'on est obligé de dépenser parce qu'on reçoit de l'argent. C'est bien beau de dire que ça couvre le trois quarts du projet, mais il faut quand même trouver ce montant-là ».

Le directeur général a pour sa part admis que le délai était court pour l'estimation des coûts, mais précise cependant que le financement offert en vaut la peine.

« Avec le montant qu'on pourrait recevoir, on pourrait accomplir des travaux en un an alors que ça nous prendrait près de quatre ans à réaliser sans octroi. [...] Aussi, du financement gouvernemental à 75 % c'est rare qu'on voit ça », a fait valoir M. Gatien.

Celui-ci précise également que le programme s'adresse notamment à des projets pelle en main, prêts à débuter, qui sont plutôt rares à Casselman selon lui.

« Malheureusement, à Casselman, vous n'avez pas une liste de projet prêt à aller de l'avant. Il faudra faire de la planification à l'avenir », a-t-il affirmé en ajoutant qu'il sera alors plus facile d'établir les coûts.

Parmi les projets que Casselman souhaite réaliser, il est question de : la modernisation de certaines pièces d'équipement à l'usine de traitement d'eau ; la modernisation de trois stations de pompage ; la modernisation du système de communication ainsi que la modernisation du dégrillage à la station de pompage numéro 1.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer