Prescott-Russell: transférer le Sentier récréatif aux municipalités?

La mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, a suggéré... (Archives, LeDroit)

Agrandir

La mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, a suggéré que chaque municipalité traversée par le Sentier récréatif s'occupe de sa propre portion de la piste.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) songent à transférer aux municipalités la responsabilité du Sentier récréatif. Le sujet a été abordé à la table du conseil, mercredi, alors qu'une rencontre avec des représentants de VIA Rail doit se tenir la semaine prochaine.

C'est une idée qu'a lancée la mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, en réponse à plusieurs lettres et commentaires soulignant des inquiétudes sur la fermeture possible du Sentier.

« On pourrait voir à une entente avec VIA Rail pour que les municipalités entretiennent leur partie de la piste cyclable », a proposé Mme Charlebois.

L'approbation devra cependant venir de VIA Rail qui détient le terrain autrefois utilisé comme voie ferrée. Actuellement, les CUPR ont un bail de location du terrain qui prendra fin en 2020.

Dans son intervention, la mairesse de Hawkesbury a également tenté d'apaiser les craintes quant à la fermeture du Sentier. Au cours des derniers mois, des rumeurs ont circulé voulant que les CUPR se déchargent de la responsabilité de la piste qui s'étend sur 72 km en raison des coûts qui y sont liés.

« Il n'a jamais été question de fermer la piste cyclable. C'est surtout la question des coûts qu'on doit étudier », d'ajouter Mme Charlebois.

Chaque année, le gouvernement régional paye environ 400 000 $ pour la gestion du Sentier récréatif, dont plus de 125 000 $ en salaires et plus de 200 000 $ en entretien et en réparations.

Dans le cadre du processus budgétaire, les CUPR souhaitent évaluer si ce financement est justifié alors que l'achalandage des vélos est faible. Des compteurs de vélos placés à deux endroits sur le Sentier font d'ailleurs état de moins de 65 passages par jour.

Selon le maire du canton de Champlain, les portions pavées du Sentier, situées près des villages, sont très utilisées contrairement à la portion de gravier. « Les gens qui possèdent des vélos haut de gamme ne veulent pas risquer de les endommager en roulant sur la poussière de roche. Ils empruntent plutôt les routes ».

Pas de pavage 

Les CUPR écartent également l'idée de paver le Sentier au complet puisqu'il s'agit du terrain appartenant à VIA Rail.

« Si on décide de paver (la piste) et que VIA Rail décide de reprendre son terrain, il faudra enlever l'asphalte », a prévenu le président des CUPR, Guy Desjardins.

L'asphaltage devrait plutôt être réservé aux chemins de comtés ainsi qu'aux accotements, a indiqué pour sa part le maire du canton de Hawkesbury Est Robert Kirby. Il ajoute que le Sentier récréatif n'est pas nécessairement à la portée de tous.

De son côté, le maire de La Nation, François St. Amour, s'explique mal le fait que les CUPR soient responsables de tous les coûts du Sentier.

« Il faudrait y avoir une participation de VIA Rail. On paye tous les coûts de de réfections pour un bien qui ne nous appartient pas », a déploré M. St. Amour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer