La Nation souhaite vendre sa partie de l'école Saint-Viateur

L'école élémentaire catholique Saint-Viateur... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

L'école élémentaire catholique Saint-Viateur

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La municipalité de La Nation souhaite se départir de sa partie de l'édifice abritant l'école élémentaire catholique Saint-Viateur, à Limoges. Une étude présentée au conseil municipal, lundi, a révélé que la section appartenant à la municipalité, ce qui inclut le gymnase, serait évaluée à environ 650 000 $.

La municipalité discutera prochainement avec le Conseil scolaire de district catholique de l'Est ontarien (CSDCEO) sur les avenues possibles afin de vendre sa partie au conseil scolaire.

«D'après le contrat qui est établi, si jamais on veut se départir de notre section, on peut s'appuyer sur son évaluation actuelle. Disons que je serais heureux si on obtenait 650 000 $. Je ne veux rien assumer pour l'instant. Tout va dépendre de la force du contrat qu'on a avec le Conseil scolaire», a affirmé le maire de La Nation, François St. Amour

L'objectif de cette vente est de financer un nouveau centre communautaire pour les citoyens de Limoges. 

«Il n'y a pas de centre récréatif ou de centre communautaire en général pour la population de Limoges. On ne peut pas faire une réception de mariage, ni présenter une pièce de théâtre dans un gymnase», a souligné M. St. Amour.

De plus, les résidents qui souhaitent utiliser le gymnase de l'école ne peuvent le faire généralement qu'après les heures de classe.

La municipalité a déjà fait des démarches auprès du CSDCEO concernant une possible annulation du contrat de partage de l'édifice.

«Selon eux (CSDCEO), ils disent qu'ils sont déçus, mais ils ont dit qu'ils allaient suivre la volonté de la municipalité», a précisé la directrice générale Mary McCuaig.

Il n'y aurait également pas de froid entre les deux conseils selon le maire de La Nation.

«Il n'y a pas vraiment d'anicroche. Ils comprennent qu'on veuille sortir de là et ils sont prêts à discuter», d'ajouter M. St. Amour.

«Veux veux pas, ça ne rencontre plus les besoins des citoyens de Limoges», a réitéré Francis Brière, conseiller du quartier 4 qui inclut le village de Limoges.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer