Les maires des CUPR veulent limiter les hausses de taxes

Pour le maire de Clarence-Rockland et président des... (Martin Brunette, Archives LeDroit)

Agrandir

Pour le maire de Clarence-Rockland et président des CUPR, Guy Desjardins, il n'est cependant pas question d'une augmentation de taxes de plus de 2%.

Martin Brunette, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'administration des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) devra limiter toute augmentation de taxes à 2% lors de la préparation de son prochain budget, ont commandé les maires lors de la dernière assemblée du conseil, mercredi.

D'entrée de jeu, le directeur général Stéphane Parisien a souligné que préparer un tel budget sera un grand défi.

«Dans les dernières années, on a indiqué à plusieurs reprises que nos réserves diminuaient considérablement, compte tenu de certaines décisions qui ont été prises. [...] Il y a certains défis et possiblement des contraintes plus difficiles que lors des années passées», a-t-il souligné, laissant entendre qu'une hausse de taxes de 0% n'est pas recommandable.

Ces quatre dernières années, le taux d'imposition a diminué en moyenne de 0,4% dans les CUPR. La plus forte baisse a été de 2,1% en 2014. En 2013, le montant en réserve était d'environ 27,4 millions de dollars, alors qu'il se chiffre aujourd'hui à 17,8 millions.

«Il est évident qu'on ne peut continuer dans le même sens. Il faudra augmenter à un endroit ou couper dans un autre. Mais j'aimerais voir toutes les options possibles, même celles qui ne sont pas politiquement populaires», a fait valoir le maire de Russell, Pierre Leroux.

Pour le maire de Clarence-Rockland et président des CUPR, Guy Desjardins, il n'est cependant pas question d'une augmentation de taxes de plus de 2%. M. Desjardins souligne qu'il en va de la santé économique des CUPR, notamment dans l'ouest.

«Si on regarde à Clarence-Rockland, les taxes sont plus élevées qu'à Orléans et même dans certaines parties d'Ottawa. On a des gens qui déménagent parce qu'ils n'en peuvent plus de la congestion sur la route 17/174. Pour l'instant, il faut garder les coûts le plus bas possible», a-t-il fait valoir.

De son côté, le maire d'Alfred-Plantagenet, Fernand Dicaire, est d'avis qu'une augmentation de taxes d'au moins 2% est inévitable.

«On a du rattrapage à faire en raison de ce qui s'est produit dans le passé. En restant à 1%, on ne fait pas de rattrapage. C'est malheureux de dire aux résidents qu'on vise le 2%, mais c'est du rattrapage qu'on fait», a affirmé M. Dicaire.

Une première ébauche de budget devrait être présentée aux membres du conseil le 12 octobre prochain. L'adoption pourrait avoir lieu le 23 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer