Casselman se met à table sur la réforme électorale

«Dans le cadre de la campagne électorale, la...

Agrandir

«Dans le cadre de la campagne électorale, la ministre Maryam Monsef et moi nous sommes engagés à changer le système électoral. Et la première étape, c'est de consulter la population», a souligné le député libéral Francis Drouin.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une vingtaine de citoyens ont fait connaître leur point de vue sur le processus démocratique canadien lors d'une consultation publique organisée par le député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell (GPR), Francis Drouin, mardi, à Casselman.

«Dans le cadre de la campagne électorale, la ministre Maryam Monsef et moi, nous nous sommes engagés à changer le système électoral et la première étape c'est de consulter la population. Je pense que le système électoral actuel mérite une réévaluation si on regarde seulement le taux de participation des dernières années», a souligné le député Drouin.

Pour les élections fédérales de 2015, le taux de participation a été d'environ 75% dans Glengarry-Prescott et Russell. Auparavant, en moyenne le taux de participation se situait plus près du 60%.

«Lors de la dernière élection, on voyait que les gens voulaient du changement. Mais il faut qu'à chaque élection les gens votent par conviction et pas seulement lorsqu'ils sont fâchés contre leur gouvernement», a souligné le député libéral.

La majorité des participants se sont entendus pour dire que le système électoral actuel,soit le mode de scrutin majoritaire uninominal, ne répond plus aux besoins des Canadiens. On a plutôt proposé l'instauration d'un mode de scrutin proportionnel. Ce type de scrutin donnerait à chaque parti politique un nombre de sièges proportionnel aux votes obtenus.

«Le problème avec le système actuel, c'est que les gens ont souvent l'impression de voter pour rien. La représentation proportionnelle pourrait aider les gens à voir que leur vote compte. Il ne faut pas oublier aussi la représentation locale», a souligné une participante.

La question de la simplicité du processus électoral a également été évoquée, notamment à la suite de la campagne électorale précédente qui s'est étalée sur 78 jours et a coûté plus de 440 millions $, selon les données d'Élections Canada.

«Ç'a été beaucoup trop long, a lancé un citoyen. Les gens ne savaient plus où regarder. Il faudrait qu'il y ait un règlement qui limite la durée des campagnes.»

Les commentaires recueillis seront inclus dans une lettre que remettra le député au comité sur la réforme électorale. Le comité soumettra un rapport au parlement le 1er décembre prochain comme demandé par la ministre des Institutions démocratiques, Maryam Monsef.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer