Débat sur une modification au zonage à Hawkesbury

Une modification au règlement de zonage a soulevé tout un débat, lundi, au... (Courtoisie 123.RF)

Agrandir

Courtoisie 123.RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une modification au règlement de zonage a soulevé tout un débat, lundi, au conseil municipal de Hawkesbury. La demande de modification a été déposée par le Garage Gilles Villeneuve qui souhaite obtenir le droit de vendre des voitures permettant l'étalement d'une dizaine de véhicules sur son terrain.

La station-service, également un atelier de réparation automobile, est en activité depuis les années 1960 et proposait jadis la vente de véhicules et d'accessoires. Ce secteur de l'entreprise s'est atténué avec les années.

« C'est pour permettre un usage accessoire à l'usage déjà permis d'une station-service. C'est une extension logique de permettre la vente de véhicules puisque'il y a déjà un service lié à l'automobile », a précisé Jacob Bolduc du service d'urbanisme.

Le conseiller Daniel Lalonde craint que ce changement de zonage puisse créer un précédent.

« Est-ce qu'en disant oui à ce changement de zonage, d'autres stations-service pourraient réclamer le droit de vendre des voitures également », craint M. Lalonde.

Il estime qu'une compétition possiblement déloyale pourrait être créée entre les concessionnaires.

« Nous avons plusieurs concessionnaires dans la ville. Est-ce qu'on va se retrouver avec plusieurs lieux de vente de voitures », a ajouté le conseiller.

Selon l'urbaniste Jacob Bolduc, les stations-service qui souhaitent vendre des véhicules devront également suivre le processus en vue d'un changement de zonage.

« Pour le terrain en question, c'est un zonage spécifique sur le site. Nous avons évalué les critères et le site tel quel. C'est un usage accessoire qui est logique et admissible sur ce site », d'ajouter M. Bolduc.

Cela n'empêcherait pas toutefois une autre station-service de réclamer un usage similaire a réitéré le conseiller Lalonde.

Le conseiller Yves Paquette est d'avis que la ville ne peut intervenir en ce qui a trait à l'industrie de la vente automobile. « Je me sens un peu coincé là-dedans parce qu'on dirait qu'on nous demande de gérer la compétition dans le domaine de la vente automobile. Si l'entreprise veut vendre des voitures, c'est son choix. Je ne suis pas ici pour gérer la compétition, mais pour gérer une municipalité », a conclu le conseiller Paquette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer