Un siècle de résistance célébré à Green Valley

Les citoyens de Green Valley ont célébré un... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

Les citoyens de Green Valley ont célébré un pan d'histoire samedi.

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les résidants de Green Valley ont revisité un important chapitre de leur histoire et celle de tous les Franco-Ontariens, samedi dernier. Il y a cent ans, le 24 juin 1916, se déroulait un Grand Rassemblement dans ce petit village de l'Est ontarien, qui soulignait la victoire de la résistance francophone face au Règlement XVII. Adopté en 1912 par le gouvernement ontarien, celui-ci interdisait l'enseignement et l'utilisation du français dans les écoles.

« C'est un très bel hommage que nous avons rendu ici aujourd'hui. Je suis fière que mon grand-père (Jean Baptiste-Ménard) et mon père aient contribué à la francophonie. Je peux dire que j'ai aussi ça dans le sang », a confié la coprésidente Pierrette (Ménard) Thibaudeau.

Plus de 200 personnes se sont rassemblées au cimetière de la paroisse Sainte-Marie de l'Assomption pour le dévoilement d'une, de deux plaques commémoratives. Celle-ci rend hommage à trois ancêtres, les commissaires d'école Jean-Baptiste Ménard, Émery Ouimet ainsi que Médéric Poirier. Ils ont permis l'ouverture de l'École libre du Sacré-Coeur, située jadis dans la 8e concession de Lancaster, ou la première institutrice, Florence Quesnel a poursuivi l'enseignement en français, contrevenant ainsi au Règlement XVII.

« Cette plaque sera bien en sécurité ici. Elle va rester, on l'espère, très longtemps. Elle va représenter les énormes sacrifices faits par nos ancêtres pour des années à venir », a souligné Yvon R. Ménard, coprésident du comité organisateur.

Tout comme en 1916, encore aujourd'hui les nouvelles générations des familles qui ont fréquenté l'école du Sacré-Coeur et plusieurs dignitaires étaient présents pour souligner cet événement. Les députés provincial et fédéral de Stormont-Dundas-Glengarry Sud, Jim McDonell et Guy Lauzon ainsi que le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Denis Vaillancourt étaient des célébrations. 

Il y a 100 ans, le Grand Rassemblement de Green Valley accueillait également le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal Victor Morin. Le flambeau est aujourd'hui porté par Maxime Laporte.

« Je suis touché par les échanges que j'ai depuis le début de cet événement qui est empreint de fraternité, de solidarité et de fierté d'être ce que nous sommes : les héritiers d'une grande odyssée de quatre siècles dont nous souhaitons poursuivre la réussite », a souligné M. Laporte.

Les célébrations ont également été marquées par la visite de l'ancêtre (pépère) Jean Baptiste-Ménard lui-même qui a bien voulu partager un brin d'histoire de sa communauté. Le rôle était incarné par Gabriel Burelle, d'Alexandria, récent gagnant du Concours LOL, une compétition régionale de jeunes humoristes.

La plaque a été bénie par le curé Marc Piché accompagné par l'ancien prêtre, père Gérald Poirier.

La foule a ensuite été invitée à se lever et à se joindre au grand cri de ralliement soulignant cette grande victoire du fait français.

La cérémonie s'est conclue au Centre communautaire où une seconde plaque relatant l'histoire du Grand Rassemblement a été dévoilée.

Les écrivains Jean-Claude Larocque et Denis Sauvé, également membres du comité organisateur, ont partagé quelques extraits de leur oeuvre John et le Règlement 17. Cette oeuvre a d'ailleurs été l'inspiration pour la tenue des célébrations à Green Valley.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer