CUPR: les « budgets zéro » pèsent lourd

Selon le Plan de gestion des immobilisations, maintenir... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

Selon le Plan de gestion des immobilisations, maintenir le statu quo de 2016 engendrerait un manque à gagner de plus de 21 millions $ en 10 ans.

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) doivent, à l'avenir, éviter les budgets sans aucune augmentation de taxes, a réitéré mercredi son directeur général, Stéphane Parisien, alors que les maires discutaient du Plan de gestion des immobilisations.

Ce plan démontre l'état des infrastructures et les investissements qui devront être faits pour les maintenir et éventuellement les améliorer.

« Ça fait plusieurs années que l'on puise dans nos réserves pour essayer de garder notre taux d'imposition près du zéro. Aujourd'hui, nos réserves demeurent tout de même en bonne santé, mais on ne peut pas puiser dedans indéfiniment », a fait valoir M. Parisien.

Selon le Plan de gestion des immobilisations, si les Comtés unis maintiennent le statu quo de 2016, soit un investissement moyen d'environ 7,9 millions $ par année dans les immobilisations pour les ponts, les routes et les bâtiments, cela engendrerait un manque à gagner de plus de 21 millions $ au bout de 10 ans.

Le maire d'Alfred-Plantagenet, Fernand Dicaire, est lui aussi d'avis que le gouvernement régional doit songer aux réserves ainsi qu'aux infrastructures. « Si on continue d'y aller avec le coût de la vie seulement, on n'avancera pas. Il va falloir commencer à penser que nos infrastructures se détériorent et que si on coupe dans le budget, on se tire dans le pied », a-t-il fait valoir.

Selon le président des CUPR, Guy Desjardins, un budget zéro n'est pas envisageable, mais il n'est pas question d'augmenter substantiellement la facture des contribuables. Il déplore notamment les hausses d'autres frais comme l'eau, l'égout et de garderie.

« Il ne faut pas trop augmenter parce que pour nos jeunes familles et nos personnes âgées, l'argent ne rentre pas beaucoup. Si on augmente les taxes et les frais chaque année, il y a des gens qui vont avoir des problèmes », a-t-il souligné en évoquant du même coup une hausse dans la fréquentation des friperies et des banques alimentaires.

Dans les investissements à considérer à l'avenir, le maire d'Alfred-Plantagenet a évoqué celui de la route 17.

Rappelons que la province a récemment annoncé 40 millions $ pour l'élargissement à quatre voies de la route 17 sur neuf kilomètres dans la Cité de Clarence-Rockland. Le coût total pour le projet serait évalué à plus de 100 millions $.

« C'est un projet qui risque de coûter beaucoup aux CUPR, surtout si on y va avec la formule tripartite. On devrait déjà commencer à bâtir une réserve en ce sens-là », a suggéré M. Dicaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer