Un projet de cimenterie divise L'Orignal

L'usine de L'Orignal produirait 3000 tonnes de ciment... (Olivier Pontbriand, Archives La Presse)

Agrandir

L'usine de L'Orignal produirait 3000 tonnes de ciment par jour, la moitié que de ce que celle de Port-Daniel (sur la photo) produira.

Olivier Pontbriand, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La grogne s'installe tranquillement à L'Orignal, dans l'Est ontarien, alors qu'un projet de cimenterie serait sur le point de s'installer au village.

Un groupe citoyen nommé Action Champlain organise une séance d'information mardi soir pour rallier le plus de résidents des lieux à sa cause.

«Il y a beaucoup de gens qui ne comprennent toujours pas ce que sera cette usine, ils pensent que ça va être une bétonnière où on prépare le ciment, mais ce n'est pas ça. Ça va être là qu'on va transformer la roche pour faire de la poudre de ciment. C'est comme comparer une raffinerie à une station d'essence», affirme un porte-parole d'Action Champlain, Michael Santella.

C'est l'entreprise Colacem qui a des visées à L'Orignal. La multinationale affiche d'ailleurs une maquette de l'usine sur son site web et s'est rendue sur place au début du mois de mai pour présenter son projet aux citoyens. Elle est également propriétaire d'une usine de l'autre côté de la rivière des Outaouais, à Grenville-sur-la-Rouge.

Action Champlain souhaite que le conseil municipal du canton de Champlain change d'avis sur le projet. Les élus étudieraient en ce moment une résolution pour accorder un changement de zonage au terrain reluqué par Colacem.

Colacem affiche une maquette de l'usine sur son... (Tirée du site de Colacem) - image 2.0

Agrandir

Colacem affiche une maquette de l'usine sur son site Web. L'entreprise s'est rendue sur place, au début du mois de mai, pour présenter son projet aux citoyens.

Tirée du site de Colacem

«Le maire Gary Barton parle uniquement de la création d'emplois et des nouveaux revenus de taxes. La santé de la population ne semble pas être parmi ses inquiétudes», soutient M. Santella.

Impact de la pollution

Le porte-parole d'Action Champlain soutient que la pollution que créerait cette cimenterie, et l'impact de cette pollution sur le bien-être des citoyens est le principal souci des opposants au projet. On déplore qu'il y ait peu d'études sur les effets d'une telle industrie sur la population avoisinante.

«Cette usine produirait 3000 tonnes de ciment par jour, ce n'est pas aussi gros qu'à Port-Daniel où on en produit 6000 tonnes par jour, mais celle-ci a été construite à l'extrémité est du Québec. L'usine de Colacem, quant à elle, serait tout près du centre du village», s'inquiète Michael Santella.

Sur la page Facebook d'Action Champlain, M. Santella partage régulièrement des articles sur les effets polluants des cimenteries autour du monde. 

Ce type d'usine relâcherait notamment d'importantes quantités de poussière sur un rayon de plusieurs kilomètres. 

C'est d'ailleurs ce qui inquiète Action Champlain, on craint à une importante détérioration de la qualité de l'air puisqu'à moins de cinq kilomètres du site choisi par Colacem, on retrouve l'usine d'acier de l'entreprise Ivaco Rolling Mills.

«Ce n'est pas en accueillant les visiteurs avec deux usines comme celles-là qu'on va les retenir chez nous», peste le porte-parole d'Action Champlain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer