Dernière chance de se prononcer sur le projet de dépotoir

Les prochaines semaines seront critiques pour le mouvement... (Martin Brunette, Archives LeDroit)

Agrandir

Les prochaines semaines seront critiques pour le mouvement d'opposition Dump The Dump.

Martin Brunette, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les citoyens du secteur rural de l'est d'Ottawa ont jusqu'au 20 mai pour se faire entendre sur l'implantation d'un dépotoir dans le quartier Cumberland, un projet fortement contesté par un groupe de citoyens.

Le site recevrait environ 450 000 tonnes de déchets annuellement.

L'étude environnementale du projet du groupe Taggart Miller Environmental Services a été examinée par le ministère ontarien de l'Environnement. Cet examen peut d'ailleurs être consulté sur le site web du gouvernement.

À la fin de la période de commentaires de l'examen, il reviendra au ministre Glen R. Murray de décider si le projet de dépotoir est approuvé ou pas, et à quelles conditions. Le ministre peut également retourner l'étude environnementale en médiation ou devant le Tribunal de l'environnement afin qu'une décision soit rendue.

Le Centre de récupération des ressources de la région de la capitale serait installé près du village de Carlsbad Springs, sur un terrain d'environ 455 acres situé au sud de l'autoroute 417, délimité par les chemins Boundary, Frontier et Devine. 

Les prochaines semaines seront critiques pour le mouvement d'opposition Dump The Dump, qui tente depuis plus de cinq ans de convaincre le gouvernement de rejeter le projet.

Le groupe de citoyens déplore d'entrée de jeu que le dépotoir puisse appartenir à des intérêts privés, comme l'explique Lucie Régimbald, la représentante du mouvement d'opposition. «Le dépotoir n'est pas un besoin au niveau environnemental, c'est vraiment pour répondre à un besoin d'entreprise privée», affirme-t-elle.

Des citoyens se disent également inquiets du type de déchets qui seront entreposés à cet endroit. «On ne parle pas de simples déchets résidentiels qu'on ramasse chaque semaine. Ce sont les déchets les plus toxiques qu'on peut avoir et on craint qu'ils proviennent à la fois d'Ottawa et de Toronto», estime Mme Régimbald.

Autre problème, selon Dump The Dump: le sol devant recevoir les déchets est constitué d'argile de Leda, un sol fragile qui a tendance à se liquéfier et à s'affaisser. 

Dump The Dump tiendra une rencontre communautaire afin de donner l'opportunité aux résidents de consulter l'examen du ministère et de signer les lettres d'opposition au projet qui seront remises au ministre. La rencontre aura lieu le 5 mai, à 19h30, à la caserne de pompiers de Vars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer