Collège d'Alfred: Prescott-Russell veut tourner la page

Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) se retireront de toutes les... (Martin Brunette, Archives LeDroit)

Agrandir

Martin Brunette, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) se retireront de toutes les discussions portant sur le financement des infrastructures du Collège d'Alfred, dans l'Est ontarien, en raison des coûts jugés trop élevés.

Le directeur général des CUPR, Stéphane Parisien, a rappelé aux élus qu'une évaluation faite en 2010 fixait le coût des réparations à environ 6,5 millions $.

« Je ne sais pas combien coûteraient les réparations aujourd'hui. Ce qui est inquiétant, c'est qu'il n'y a absolument rien de ce qui avait été identifié dans l'évaluation qui semble avoir été fait. Il y a des travaux qui sont relativement importants », a indiqué M. Parisien, mercredi, lors de la séance régulière des CUPR.

Les demandes répétées acheminées à Queen's Park sont toujours restées lettre morte. D'ailleurs, selon le président des Comtés unis, Guy Desjardins, le dossier commence à irriter les ministres provinciaux.

« On s'est fait dire de ne pas revenir l'an prochain avec le même sujet. Ils nous disent d'établir des partenariats, mais on ne peut se permettre un partenariat qui vient avec une dette de plusieurs millions pour réparer ces bâtisses-là. La province dit qu'elle n'a pas d'argent, c'est notre cas également », a souligné M. Desjardins.

Rénover un seul édifice?

Le maire d'Alfred-Plantagenet, Fernand Dicaire, estime que le conseil devrait s'accorder un peu plus de temps pour bien étudier tous les rapports et les pistes de solution. Selon lui, il faudrait évaluer la possibilité de ne réparer qu'un édifice.

Pour les autres élus, comme la mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, le choix est de plus en plus évident. « J'ai toujours appuyé l'existence du Collège agricole francophone d'Alfred. Mais, à 10 millions $ et plus, c'est très difficile d'appuyer un tel projet. Les CUPR n'ont tout simplement pas l'argent », a affirmé Mme Charlebois. 

Selon Guy Desjardins, les CUPR pourraient demander à la province de lui céder le terrain du Collège.

« On demande d'abord à la province de démolir les bâtisses qui sont en mauvaise condition et avec le terrain, on plante des érables pour le sirop et on fait un peu d'argent comme nous le faisons déjà dans la forêt Larose », dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer