Manifestation anti-zoo à Wendover

La manifestation a été organisée par la Ligue... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

La manifestation a été organisée par la Ligue de défense des animaux d'Ottawa.

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Environ une cinquantaine de personnes armées de pancartes se sont attroupées à l'intersection de la route 17 et du chemin de comté 19, dimanche après-midi, à Wendover, afin de dénoncer les conditions de vie des animaux de zoo. Cette manifestation faisait suite à l'incident survenu le 28 février au Zoo Papanack de Wendover, où un lion blanc, qui s'était échappé de son enclos, a dû être abattu.

La manifestation était organisée par la Ligue de défense des animaux d'Ottawa (Ottawa Animal Defense League).

«Le but de notre présente ici est d'éduquer les gens sur le fait que les zoos ne sont pas des milieux de vie idéaux pour les animaux. Avec l'incident au Zoo Papanack, les gens sont plus sensibilisés maintenant», a souligné Michele Thorne, organisatrice principale de la manifestation.

Comme plusieurs manifestants, Elizabeth Godon et sa fille, Payton Godon, sont sollicité les coups de klaxon des passants. Les deux se disent fortement opposées à la mise en cage d'animaux exotiques.

«Pour moi, depuis ma jeunesse je suis contre les zoos et les cirques. Je pense que c'est injuste notamment pour des animaux qui ne sont pas indigènes au Canada comme les zèbres et les lions», a affirmé Elizabeth Godon.

«Il fut un temps où je trouvais que les zoos étaient amusants. Aujourd'hui je suis plutôt d'avis que tous les animaux ont droit à la liberté», a ajouté Payton Godon.

Sympathisants au Zoo Papanack

De l'autre côté de la route, environ une dizaine de sympathisants au Zoo Papapanack s'étaient également déplacés pour être témoin de la scène.

Certains passants, qui portaient  une casquette à l'effigie du  Zoo Papapanack s'offusquaient de lire les messages sur les pancartes.

«À voir ce qu'on lit sur les pancartes, on accuse les zoos de manquer de compassion, c'est tout le contraire. Tous les animaux méritent évidemment notre compassion. Il y a une différence entre un animal qui vient d'un milieu sauvage et un animal qui a été élevé en captivité», a souligné une sympathisante du zoo qui n'a pas voulu s'identifier.

De son côté, Sylvie Leduc, qui demeure à proximité du Zoo Papanack, appuie également cette entreprise locale.

«C'est dommage que les autorités aient abattu le lion, mais c'est une erreur et malheureusement ce sont des choses qui se produisent. Je ne crois pas que ça justifie la fermeture du zoo», a affirmé Mme Leduc.

Témoin de l'évolution du zoo au cours des dernières années, Sylvie Leduc souligne avoir vu une amélioration des conditions de vie des animaux depuis l'arrivée des nouveaux propriétaires, il y a

deux ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer