«Déboisement massif» à Clarence Creek

De nombreux arbres ont été abattus en quelques... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

De nombreux arbres ont été abattus en quelques semaines sur le terrain du voisin de Lucye Galand.

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une résidente de Clarence-Rockland, Lucye Galand, a eu tout un choc en apercevant ce qu'elle a qualifié de «champ de bataille», tout près de chez elle. Les arbres qui se dressaient sur la propriété voisine à sa demeure de Clarence Creek ont été abattus.

Selon elle, cette pratique de déforestation s'étend à la grandeur des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR).

«Il s'agit d'un de plusieurs épisodes assez rapprochés où il y a eu du déboisement majeur dans la municipalité et dans les comtés unis. C'est une situation que je trouve anormale», a confié Mme Galand au journal LeDroit.

Le terrain en question s'étire sur un peu plus de 90 acres. Le défrichage doit entre autres permettre une exploitation agricole.

«Je suis de la troisième génération d'une famille d'agriculteurs. Des coupes à blanc, ici, on n'y est pas habitué. Il y a des coupes sélectives régulièrement, mais jamais comme la coupe massive qui se passe actuellement», déplore-t-elle.

Actuellement, aucun règlement n'empêche un propriétaire d'un terrain privé de pratiquer une coupe à blanc sur sa terre.

Le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins, estime qu'il revient aux CUPR de légiférer dans ce dossier. «Le terrain est privé et le propriétaire peut faire ce qu'il veut. Pour l'instant, il n'y a rien qu'on peut faire.»

Sensibiliser les propriétaires

La solution, ajoute-t-il, est de continuer de sensibiliser les propriétaires de tels boisés.

«Il y a des moyens de faire de l'argent avec un boisé sans nécessairement le couper. Autrement, j'encouragerais la sauvegarde d'arbres pouvant servir de brise-vent», a fait valoir le maire.

Pour Lucye Galand, les discussions doivent permettre de mieux encadrer le déboisement.

«Si on ne dit ou on ne fait rien, on ne fait que perpétuer le problème. Le développement est important, mais le développement durable l'est plus encore. Il faut penser au développement à long terme et au patrimoine que nous laisserons aux générations futures».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer