La main-d'oeuvre reste un défi pour les agriculteurs

Simon Durand, directeur général de l'Union des cultivateurs... (Archives LeDroit)

Agrandir

Simon Durand, directeur général de l'Union des cultivateurs franco-ontariens

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le recrutement et la formation de la main-d'oeuvre demeurent depuis plusieurs années au sommet des grands défis que doivent relever les cultivateurs de l'Est ontarien. C'est du moins l'avis de Simon Durand, directeur général de l'Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO), qui tenait son assemblée générale annuelle jeudi.

«C'est un défi qui n'a pas changé dans les dernières années. La main-d'oeuvre et le transfert de fermes continuent de préoccuper les agriculteurs», a précisé M. Durand.

Il ajoute que l'UCFO s'affaire continuellement à trouver des outils pour mieux intégrer les nouveaux travailleurs immigrants.

Des formations sont offertes régulièrement grâce à la participation de différents partenaires.

Selon M. Durand, l'arrivée du collège La Cité au campus d'Alfred a été un signe encourageant pour l'avenir de l'agriculture locale.

«On a un nouveau partenaire important avec le collège La Cité et leur prise de contrôle du campus d'Alfred. Il devient un joueur clé avec lequel on va travailler pour donner de plus en plus de formation, toujours dans l'objectif que les producteurs soient bien outillés pour faire face à toutes les éventualités, mais en même temps saisir toutes les opportunités qui se présentent à eux», a souligné M. Durand.

L'UCFO a d'ailleurs saisi une belle occasion avec l'acquisition du troupeau laitier qui appartenait à l'Université de Guelph, gestionnaire jusqu'à tout récemment du campus d'Alfred. Quelque 66 vaches demeurent ainsi au campus d'Alfred grâce à un investissement d'environ 186 000$.

«L'UCFO a d'ailleurs créé un nouvel organisme à but non lucratif pour sauver cette ferme laitière et pour nous assurer que toute l'infrastructure de formation, de recherche et de transfert technologique demeure dans l'Est ontarien, tout en étant accessible aux agriculteurs francophones», d'ajouter M. Durand.

Durant la soirée, l'UCFO a aussi souligné l'apport de Rita et Robert Dessaint, un couple de producteurs laitiers de Sarsfield.

Ils forment un des duos les plus influents dans le milieu agricole francophone de la région de la capitale nationale. Au cours de la dernière décennie, M. et Mme Dessaint ont appuyé une panoplie d'associations agricoles et culturelles, dont l'Association communautaire de Sarsfield, l'UCFO, le Mérite agricole franco-ontarien, le Groupement de gestion agricole de l'Ontario, le Club Optimiste et plusieurs autres.

«Une très grande modestie est certainement la seule raison qui explique que Robert et Rita Dessaint n'avaient pas encore reçu le prix d'excellence Pierre-Bercier, a indiqué Simon Durand. Avec toutes leurs implications, professionnelles et communautaires, ils ont beaucoup donné aux producteurs agricoles et francophones de l'Ontario.»

La soirée s'est conclue par une conférence portant sur le leadership prononcée par l'ancienne médaillée olympique en nage synchronisée, Sylvie Fréchette.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer