Usine d'asphalte: les CUPR ne mettront pas de sable dans l'engrenage

Le président des CUPR, Guy Desjardins, estime qu'il... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

Le président des CUPR, Guy Desjardins, estime qu'il serait trop risqué d'en appeler de la décision de la province.

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un combat entre la province et les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) sur le dossier de la réserve d'agrégat de l'escarpement de Jessup's Falls semble peu probable.

C'est ce qui ressort de la réunion du conseil de l'endroit, tenue mercredi, dans le cadre d'une mise à jour du Plan officiel.

Le 27 janvier dernier, la province avait annoncé son intention d'inclure cette réserve d'agrégat dans le Plan officiel des CUPR, allant ainsi à l'encontre d'une décision prise par les maires du gouvernement régional. La décision officielle de la province doit être rendue d'ici le 2 mars.

Cette dernière permettrait conséquemment au promoteur Pierre Bernard, de PB Paving & Landscaping, de construire une usine d'asphalte à Plantagenet.

La mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, a prévenu le conseil que les coûts pour en appeler de la décision devant la Commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO) seraient très importants. «Si on veut changer quoi que ce soit, il va falloir faire appel. On parle certainement de centaines de milliers de dollars», a-t-elle souligné.

Le président des CUPR, Guy Desjardins, estime lui aussi qu'il serait trop risqué d'en appeler de la décision de la province.

Le maire du canton d'Alfred-Plantagenet, Fernand Dicaire, déplore cette attitude en répliquant qu'il en va de la qualité de vie des citoyens.

«On dit qu'il en coûterait cher pour défendre certaines politiques qui ont été adoptées par les maires. Moi je vous dis: est-ce que la qualité de vie et l'environnement ont une valeur?» a lancé M. Dicaire.

Loin d'une usine d'asphalte

Même si la réserve d'agrégats est incluse au Plan officiel, le directeur de l'urbanisme et de la foresterie, Louis Prévost, précise que la route sera longue pour que le projet d'une usine d'asphalte aboutisse.

«En prenant cette décision, la province n'approuve pas une usine d'asphalte, loin de là. Le processus est compliqué et il y a beaucoup d'études qui doivent être entreprises et déposées avant même d'approuver ce projet. On ne peut pas simplement nier l'existence de cette ressource d'agrégat parce qu'elle est là», a-t-il affirmé.

Le projet d'usine d'asphalte devra également obtenir un permis d'exploitation d'agrégat, ainsi qu'un changement de zonage.

Le défrichage forestier des CUPR inquiète

Le gouvernement régional des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) veut agir sur la question du défrichage des terrains boisés.

Une première rencontre a réuni des représentants du département de l'urbanisme et de la foresterie des CUPR, ainsi que les Fédérations de l'agriculture des Comtés de Prescott et de Russell. La Conservation de la Nation Sud et l'organisme Boisés-Est, seront aussi appelés à intervenir dans le dossier.

Selon une étude menée entre 2008 et 2014, le couvert forestier des CUPR est passé de 29% à 25%, ce qui représente environ 2900 hectares de forêt en moins. Le ministère de l'Environnement de l'Ontario préconise un couvert forestier de 30%.

Selon le directeur de l'urbanisme et de la foresterie des CUPR, Louis Prévost, les discussions ne déboucheront pas sur une nouvelle réglementation, ni sur l'interdiction du défrichage ou de la coupe à blanc, mais plutôt sur la sensibilisation et l'éducation.

«Nous constatons que l'agriculture n'est pas elle-même en faute, mais que le défrichage des terres forestières est le résultat de plusieurs activités de développement en général», précise M. Prévost.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer