Saint-Albert appelé à se mobiliser pour son école élémentaire catholique

Plus d'une soixantaine de personnes ont pris part... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

Plus d'une soixantaine de personnes ont pris part à la consultation.

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus d'une soixante de personnes ont pris part à la consultation publique visant l'avenir de l'école élémentaire catholique Saint-Albert, jeudi soir.

Cette rencontre était organisée dans la foulée des rumeurs sur la fermeture éventuelle de l'école du village situé dans La Nation. Ces rumeurs circulent depuis les dernières années en raison de la baisse d'effectif à cette école située dans la municipalité de La Nation.

Les participants ont été informés par Martin Lavigne, surintendant des affaires et trésorier du Conseil scolaire de district catholique de l'Est ontarien (CSDECO), qu'aucune discussion sur une possible fermeture de l'école n'a été tenue.

«On n'est pas ici pour parler de fermeture. Il y a des défis au niveau des effectifs d'élèves et il faut trouver un moyen de ramener les enfants à cette école. Les meilleurs ambassadeurs ce sont les gens de la communauté par le bouche-à-oreille», a affirmé M. Lavigne.

La consultation s'est ouverte avec la présentation d'une vidéo créée par le personnel de l'école. On y soulignait entre autres que les élèves obtenaient un meilleur encadrement par les enseignants justement en raison d'un effectif moins élevé.

«Les élèves sont aussi fiers, ils aiment leur école et ç'a créé une atmosphère très familiale entre les enfants. Les grands travaillent avec les plus jeunes et les jeunes qui profitent beaucoup de leur apprentissage avec les jeunes», a souligné Karine Bazinet enseignante de la maternelle/jardin.

Plusieurs personnes se sont avancées au podium pour parler de cette petite école de village où ils ont enseigné ou ont été éduquées. André Lavergne est un de ces anciens élèves qui ont fréquenté l'école en 1967.

«Si je suis où je suis aujourd'hui, c'est à cause de mon école de village. J'espère que mes enfants et tous les enfants pourront continuer de bénéficier des services ici comme moi j'en ai bénéficié. Cette école a déjà fait face à la possibilité de fermeture et nous sommes demeurés fort et avons évité la fermeture. C'est ça la force de Saint-Albert», a lancé M. Lavergne.

Des gens d'affaires étaient présents à l'assemblée. Éric Lafontaine, directeur général de La Fromagerie Saint-Albert a souligné l'importance de l'implication de la communauté.

«Ce que je suggère c'est l'implication de la communauté. Mettons nos énergies ensemble et regroupons-nous pour faire quelque chose. Si on veut la garder, ça ne dépend pas des parents ou des enseignants, c'est la communauté qui doit travailler pour la garder», a souligné M. Lafontaine.

Une garderie, une solution

Une des solutions envisagées pour augmenter la fréquentation de l'école serait la création d'une garderie. Actuellement, les parents de jeunes enfants doivent envoyer leurs enfants à la garderie à l'école élémentaire de Casselman.

«C'est une question qu'on abordera possiblement à l'avenir. C'est un dossier complexe. C'est un objectif qu'on vise qui est d'avoir une garderie dans chacune de nos écoles», a indiqué Martin Lavigne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer