Une centaine d'emplois perdus à Hawkesbury

Seulement 10 des 137 employés du centre de... (François Roy, Archives La Presse)

Agrandir

Seulement 10 des 137 employés du centre de distribution du Groupe Jean Coutu à Hawkesbury conserveront un emploi à temps plein.

François Roy, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une centaine d'employés du centre de distribution du Groupe Jean Coutu à Hawkesbury seront bientôt mis à pied.

Seulement 10 des 137 employés de l'endroit conserveront un emploi à temps plein. Jusqu'à 35 autres travailleurs seront appelés sporadiquement, une quinzaine de semaines par année tout au plus. Cette importante réduction d'effectif débutera le 11 mars, pour se terminer à la mi-mai.

Les employés membres du syndicat des Métallos ont appris la nouvelle la semaine dernière par l'entremise de DB Manutention, qui gère l'entrepôt en sous-traitance.

Au début de l'année 2015, le Goupe Jean Coutu avait annoncé son intention de déménager son département de cosmétiques et de produits de beauté dans un nouvel entrepôt plus moderne, situé à Varennes, au Québec.

«Une des raisons qui explique ce déménagement est entre autres la robotisation», a précisé Richard Leblanc, représentant national du syndicat des Métallos, ajoutant que l'édifice à Hawkesbury ne possède pas l'espace nécessaire pour les machines.

Bien qu'il s'agisse d'une mise à pied et non d'une fermeture, le syndicat se questionne sur l'avenir de l'entrepôt, évalué à 18 millions $, qui n'est vieux que d'une dizaine d'années.

«C'est certain que c'est une décision d'affaires de l'employeur, mais c'est difficile d'imaginer la viabilité d'un si gros entrepôt avec si peu d'opérations, observe M. Leblanc. C'est difficile pour les gens de comprendre comment une bâtisse si neuve peut avoir une vie possiblement écourtée.»

Mise à pied chez Bentley Leathers

Des employés de l'entrepôt Bentley Leathers, à Hawkesbury, ont également connu un dur retour des Fêtes.

Une quinzaine d'employés ont reçu des lettres leur indiquant qu'en raison d'un manque de travail, l'employeur devait procéder à des mises à pied.

L'entreprise Bentley emploie une cinquantaine de personnes.

Au moment d'écrire ces lignes, LeDroit n'avait pu joindre le gérant de l'entrepôt, François Labelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer